La vache Aubrac “Haute” en couleur sur l'affiche du salon de l'agriculture 2018

"Haute" au milieu des sien(ne)s
"Haute" au milieu des sien(ne)s

Elle a une robe froment et le regard de braise conquérant. "Haute", une vache aveyronnaise de race Aubrac, originaire de Laguiole, a été choisie par le Salon International de l’Agriculture de Paris 2018 comme égérie de son affiche.

Par Vincent Albinet

C'est sûrement parce-que les chiens ne font pas des chats que le patrimoine génétique de "Haute" lui permet d'être reconnue dans le milieu des vaches Aubrac comme l'un des meilleurs specimen.

Fille de "Venise" et de "Bijou", un sacré taureau ayant fini 2ème du Concours Général Agricole en 2010, "Haute" est née en 2012 à Laguiole (Aveyron), où elle a grandi sur les hauts plateaux volcaniques. Elle a une robe couleur froment et un regard de braise un peu "tartare conquérant".

Pour une vache Aubrac, son curriculum vitae affiche certes de solides compétences professionnelles, mais, somme toute, classiques : premier veau dès l'âge de 3 ans, et depuis, participation au renouvellement du troupeau de 130 vaches de son éleveur, Thibaut Dijols, installé sur le plateau, à Curières.

Mais aujourd'hui, "Haute" est devenue, d'un seul coup d'un seul, bien plus qu'une vache. Depuis que le Salon International de l'agriculture de Paris a envoyé au mois de septembre un photographe professionnel la "shooter" pour la faire figurer sur son affiche 2018, sa carrière connaît une accélération fulgurante. En passe de connaître prochainement une réputation dépassant les frontières du canton, du département, de la région et même du pays, "Haute", choisie comme égérie du salon, s'est propulsée au niveau de la quintessence même de la vache Aubrac.
L'affiche du Salon de l'agriculture 2018
L'affiche du Salon de l'agriculture 2018

Thibaut Dijols ne s'y trompe pas : « Haute est curieuse, sociable et même un peu fière. C’est une vraie dame au milieu du troupeau ! », se répand-t-il, lui-même fier comme un coq.

Ce n'est quand même pas pour rien si il faut remonter à 2012 pour trouver une vache d'Occitanie au sommet de l'affiche du salon. Elle s'appelait "Valentine", était gasconne, originaire de Soueich (Haute-Garonne). Elle aussi avait incarné le Salon de l'agriculture. 6 ans déjà. Une éternité à l'échelle de la vie d'une vache de la région.


Plaidoyer pour la vache Aubrac

La race Aubrac est reconnue pour ses qualités d’élevage.

Très rustique, elle est adaptée à des conditions climatiques parfois rigoureuses du sud du Massif Central. Autonome, elle demande peu de main d’oeuvre et assure une production efficace de viande.

Son atout majeur se trouve dans ses qualités maternelles. Elle a une excellente fécondité, vêle facilement chaque année et régule ses besoins alimentaires en privilégiant avant tout l’allaitement de son veau.

L’ensemble de ces caractéristiques permettent d’assurer à l’éleveur une bonne rentabilité économique de l’exploitation.

D’ailleurs, après avoir connu une forte baisse du nombre de têtes dans les années 70, la race Aubrac est aujourd’hui en plein développement, avec plus de 200 000 vaches allaitantes élevées sur le territoire français.

« Afin de respecter l’alternance, un des critères de sélection de la vache égérie du Salon, nous avons choisi cette année une race allaitante. La race Aubrac nous permet d’être représentatif de la richesse et de la diversité de l’élevage français »,assure Jean-Luc Poulain, président du Salon International de l’Agriculture.

Sur le même sujet

Quel avenir pour le samu de Condom ?

Près de chez vous

Les + Lus