Une centaine de policiers se sont rassemblés cette nuit à Toulouse pour exprimer leur colère

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP

Quelque 120 policiers se sont rassemblés mercredi soir dans le centre de Toulouse pour dire leur "malaise" et leur "ras-le-bol", dans le sillage des manifestations de lundi et mardi en région parisienne.

Les policiers ont commencé à se regrouper vers 22H00 devant un imposant monument aux morts situé sur un rond-point du centre-ville. "Ras-le-bol" ou "soutien à nos collègues" pouvait-on lire sur des pancartes. Les fonctionnaires, pour la plupart en civil, ont ensuite entonné la Marseillaise.

"On souffre énormément, les dossiers s'accumulent, les primes qui n'évoluent pas", a dit un officier de police judiciaire (OPJ) qui assure avoir vu une "détérioration complète" sur les quinze dernières années. "On fait du rafistolage", poursuit-il, évoquant un "schisme" avec la hiérarchie policière et rejetant des syndicats "déconnectés" au niveau national. "On a un gros malaise dans notre boulot", s'emporte une policière de 52 ans. "On nous en demande chaque fois plus, et on nous en enlève chaque fois plus", estime-t-elle.

Les propos de Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, "ont mis le feu aux poudres", s'emporte-t-on plus loin. "Ca va monter crescendo, s'étaler dans le temps", promet un policier de 38 ans.

On demande des moyens, des effectifs, une revalorisation salariale, de la considération,

énumère-t-il.



"On en a ras-le-bol. La politique du chiffre continue à faire des dégâts, on la subit", affirme un autre policier. "On se fait essorer, on n'a pas de vie de famille", ajoute-t-il.



Voir ici le reportage de Stéphanie Bousquet et Jean-Pierre Duntze :

durée de la vidéo: 01 min 51
Une centaine de policiers ont manifesté à Toulouse la nuit dernière. Ils étaient une trentaine la veille. Des policiers qui n'en peuvent plus des agressions qui les visent directement et des réponses qui sont données à la dégradation de leurs conditions de travail.
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé que des "concertations" seraient lancées dès lundi dans les départements sur les revendications des fonctionnaires de police, qui se plaignent notamment d'un manque de moyens

La grogne fait suite à une attaque au cocktail Molotov d'un véhicule de police à Viry-Châtillon (Essonne) le 8 octobre, lors de laquelle un adjoint de sécurité de 28 ans a été très grièvement brûlé. Sa collègue, une gardienne de la paix de 39 ans, également grièvement touchée, a quitté l'hôpital mardi soir.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité