Le désespoir des internautes après la fermeture du site illégal zone-téléchargement.com par la gendarmerie à Toulouse

La gendarmerie toulousaine a annoncé lundi soir avoir fait fermer le site de téléchargement illégal de musique, de films et de jeux. Depuis, les internautes sont désespérés. Et trois personnes sont en garde à vue à Toulouse. Il s'agissait du plus gros site de téléchargement illégal français.

Le site de téléchargement illégal de musique, de films et de jeux "Zone Téléchargement" a été fermé par la gendarmerie nationale, sept personnes ont été interpellées et parmi elles trois ont été placées en garde à vue à la section de recherches de Toulouse, a-t-on appris lundi de source proche de l'enquête.

La gendarmerie nationale évoque un manque à gagner de 75 millions d'euros pour les ayants droit. Cette opération a été menée à l'issue d'une enquête menée par la section de recherche de Toulouse et le centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N). Il s'agissait du plus gros site illégal français encore en activité. 

A l'origine du signalement, une plainte en novembre 2014 de membres de l'Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (Alpa) et de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem), a précisé une source proche du dossier.

Le site qui comptabilisait en moyenne 3,7 millions de connexions par mois et 11.000 visiteurs par jour et était accessible auparavant à l'adresse http://www.zone-telechargement.com qui affiche à présent un message d'erreur.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes s'insurgeaient avec humour de la fermeture du site, avec la création du hashtag #JeSuisZoneTelechargement.

ds
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité