Deux jeunes femmes brûlées par des cocktails dans une discothèque de Marseillan

Deux jeunes Bulgares ont très été gravement brûlées, lundi soir, dans une discothèque de Marseillan dans l'Hérault. L'accident s'est produit lorsqu'un barman a fait flamber des cocktails. Les flammes ont atteint les 2 jeunes femmes, l'une au bras, l'autre au visage.

Les flammes ont touché les jeunes femmes lorsque le barman a fait flamber les cocktails. Marseillan (Hérault)  - 10 août 2015.
Les flammes ont touché les jeunes femmes lorsque le barman a fait flamber les cocktails. Marseillan (Hérault) - 10 août 2015. © Document amateur

Deux jeunes Bulgares, âgées de 21 et 24 ans, ont été gravement brûlées lors d'une soirée en discothèque, lundi soir, à Marseillan, dans l'Hérault. L'accident est survenu lorsque l'un des barmans a fait flamber des cocktails, appelés shooters, très prisés des jeunes. Un retour de flammes a atteint les deux jeunes femmes. Elles ont été aussitôt évacuées de la discothèque, avant d'être prises en charge par les secours.

L'incident a été filmé par les amis des 2 jeunes victimes.

Les images et le reportage de Valérie Luxey et François Jobard.

durée de la vidéo: 01 min 49
Marseillan (34) : deux jeunes Bulgares brûlées lors d'une soirée en discothèque

Dilyana, 21 ans, a été atteinte aux bras, brûlés au troisième degré. Étudiante, elle travaille dans un restaurant de Marseillan, avec d'autres jeunes Bulgares, pour la saison. Le propriétaire du restaurant s'est rendu immédiatement sur les lieux lorsqu'il a appris l'accident.

Hristina, la plus sévèrement touchée, est brûlée au visage, au cou et aux bras. Âgée de 24 ans, elle est arrivée de Londres lundi, où elle réside, pour passer quelques jours de vacances auprès de ses amis saisonniers. Elle est hospitalisée au CHU La Peyronie, à Montpellier. Son petit ami a quitté le Royaume-Uni pour la rejoindre.

Très choqués, les jeunes gens comptent bien porter plainte. Ils se sont rendus à la gendarmerie de Marseillan mardi, mais la plainte n'a pas été enregistrée, car elle n'aurait pas été jugée "prioritaire". Les victimes et leur entourage ont fait appel à une avocate de Montpellier pour les conseiller.

Le fondateur de la boîte de nuit dit comprendre leur émotion. En 25 ans de métier, il n'avait jamais vécu un tel drame.
Il a transmis le dossier à son assurance.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers accident incendie pompiers tourisme économie santé société