Élections régionales 2021 en Occitanie : la parité est-elle acquise ?

L’obligation de parité a-t-elle transformé le paysage politique ? Après des décennies d'exclusion, les femmes sont de plus en plus "visibles" lors des campagnes électorales et valorisées sur les affiches ou dans les documents de campagne. Ce changement est-il vraiment profond et sincère ?

Combien de femmes élues en Occitanie lors des élections régionales ?
Combien de femmes élues en Occitanie lors des élections régionales ? © Image d'illustration. Clementz Michel / MAXPPP

La notion de parité en politique a fait son apparition dans la loi électorale en l’an 2000. Au départ peu contraignante, la loi se durcit en 2007 puis en 2014. Les partis politiques sont aujourd'hui contraints de respecter une parité alternée dans leurs listes, c’est-à-dire, une femme puis un homme... ou l’inverse !

Qu'en est-il au niveau régional ?

Depuis 2007, la parité est aussi imposée au sein des fonctions exécutives des conseils régionaux.  Les bancs des assemblées se sont donc eux-aussi féminisés.   

 

La part des femmes dans les conseils régionaux en France est passée de 27,5% en 1998 à 48% en 2021.

Observatoire des inégalités

  

Mais la féminisation n’est pas encore totalement achevée. Seulement trois femmes, dont Carole Delga en Occitanie, ont accédé à la présidence des 13 conseils régionaux français.

Selon "l’Observatoire régional de la parité", la région Occitanie serait un exemple en France. Notamment car sa présidente insufflerait une tendance générale.  Sur les 13 listes départementales de Carole Delga en effet, 8 femmes figurent en tête de liste. Ce qui place "l'Occitanie en Commun" loin devant la moyenne nationale : Pour ces élections régionales 2021 seulement 30% de femmes sont têtes de liste. 

Des listes à regarder en détail

Si nous regardons dans le détail, certaines des listes de "l'Occitanie en Commun" comprennent un nombre de candidats impair, comme dans le Gers par exemple, dans le Lot, dans les Pyrénées Orientales ou dans le Tarn et Garonne.

Dans ces départements, en toute fin de liste, les femmes sont non-éligibles et seront donc - statistiquement - moins nombreuses que les hommes élues à l'assemblée régionale.

Ainsi le conseil régional sortant - dont Carole Delga est certes la présidente mais qui a été composé par les différentes forces politiques d'Occitanie - est  aussi l'un des moins paritaires de France, avec moins de 45 % de femmes.

 

Sources

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/12/14/une-parite-hommes-femmes-relative-dans-les-nouveaux-conseils-regionaux_4831937_4355770.html 

https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000400185/ (loi 6 juin 2000) 

https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000273404/ (loi 2007) 

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000029330832/ (loi 4 aout 2014) 

https://www.laregion.fr/Les-elues-et-elus (nombre d’élus conseil reg occ) 

https://elections.interieur.gouv.fr/regionales-2021/76/C176L008.html (liste de delga) 

https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Regionales/elecresult__regionales-2015/(path)/regionales-2015/index.html (sources résultats aux régionales 2015) 

https://www.inegalites.fr/Mandats-locaux-les-femmes-plus-nombreuses-sauf-aux-postes-de-direction?id_theme=22 (source nombre de femmes dans les conseils régionaux) 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique région occitanie fusion des régions réforme territoriale femmes société élections élections régionales 2021