• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Faut-il parler de décadence ?...

6ème paseo de la feria de Bilbao. A gauche, Miguel- Angel Perera (lilas et or). A sa droite, Emilio Fernandez Jr (olivâtre et noir), le péon d 'Enrique Ponce cette année. Un seigneur de toutes les gentillesses, un vrai Monsieur. / © Maurice Berho
6ème paseo de la feria de Bilbao. A gauche, Miguel- Angel Perera (lilas et or). A sa droite, Emilio Fernandez Jr (olivâtre et noir), le péon d 'Enrique Ponce cette année. Un seigneur de toutes les gentillesses, un vrai Monsieur. / © Maurice Berho

Madrid, Pamplona, Séville et Bilbao. Des références séculaires, une garantie, une exigence, un garde-fou contre les dérives du "torito". Hier, jeudi 27 Août 2015, un pallier préoccupant a été franchi avec un lot de Domingo Hernandez (Garcigrande) indigne de Bilbao. Une kermesse, plus aucun repère.  

Par Vincent Bourg

jeudi 27 août 2015
Feria de Bilbao. 6ème paseo de l'abono
Plaza de Vista Alegre. 18h00.

Enrique Ponce : une oreille et salut au tiers
Julian Lopez « El Juli » : une oreille et une oreille avec deux vueltas
Miguel- Angel Perera : salut au tiers et silence
Six toros de Domingo Hernandez (de 530 à 598 kg ; moyenne : 549), sans le physique ni les cornes de ce que fut le Bilbao d’antan. Ici et maintenant, il semble, comme ailleurs, que les toreros viennent avec leurs camions de cornus…Douze piques et une chute au total. Encastés et mobiles la plupart.
Ponce, irréprochable, Juli populiste et saccadé, Perera, façon marmotte.  
Environ 85% de remplissage. 31°1.
Photos:
les meilleurs muletazos, ceux menés de bout en bout, templés et sans saccade furent ceux d'Enrique Ponce / © Maurice Berho
les meilleurs muletazos, ceux menés de bout en bout, templés et sans saccade furent ceux d'Enrique Ponce / © Maurice Berho
Certains de nos confrères parlent de faena "historique" du Juli / © Maurice Berho
Certains de nos confrères parlent de faena "historique" du Juli / © Maurice Berho
Au centre du palco, le Président Matias Gonzalez. Comme beaucoup d'aficionados, il se demande si la feria de Bilbao n'est pas en train de perdre ses repères... / © Maurice Berho
Au centre du palco, le Président Matias Gonzalez. Comme beaucoup d'aficionados, il se demande si la feria de Bilbao n'est pas en train de perdre ses repères... / © Maurice Berho


Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus