Le film "N°387-Disparu en Méditerranée" en projection unique à Perpignan, Nîmes et Toulouse

C'est une façon de commémorer le naufrage de Lampedusa et ses 366 victimes. Samedi prochain, trois cinémas d'Occitanie projetteront "N°387, disparu en Méditerranée". Une séance unique et un film qui retrace le combat pour rétablir l’identité des personnes mortes lors d'un naufrage.

Identifier les naufragés, le combat relaté dans "N°387-Disparu en Méditerranée" projeté à Nîmes, Perpignan et Toulouse.
Identifier les naufragés, le combat relaté dans "N°387-Disparu en Méditerranée" projeté à Nîmes, Perpignan et Toulouse. © Extrait
C'est une initiative d'SOS Méditerranée, l'association civile de sauvetage en mer qui se bat pour sauver les migrants naufragés en Méditerranée. Samedi 3 octobre 2020, 7 ans jour pour jour après la tragédie de Lampedusa, une vingtaine de villes françaises et une quinzaine d'autres en Italie, Allemagne et Suisse, commémoreront le triste anniversaire. En Occitanie, trois salles, Le Castillet de Perpignan, le Sémaphore de Nîmes et l'Utopia Borderouge à Toulouse participent à l'évènement avec une diffusion unique du film "Numéro 387-Disparu en Méditerranée" diffusé et coproduit par ARTE. 

Humanitaires, chercheurs et rescapés à la recherche des victimes

Le documentaire “Numéro 387-Disparu en Méditerranée” a été réalisé par Madeleine Leroyer à partir d'un autre naufrage, encore plus meurtrier. Celui qui a fait près d'un millier de victimes au large des côtes libyennes en avril 2015. Il retrace le parcours de celles et ceux qui se battent pour rétablir l’identité des personnes mortes lors de cette catastrophe. Anthropologues légistes, humanitaires, chercheurs, rescapés, les personnages du film forment une formidable chaîne humaine pour faire reculer l’oubli et donner des réponses aux familles des victimes. L’Organisation Internationale pour les Migrations recense plus de 20 000 disparus en Méditerranée depuis 2014. 20 000 noms, dont la grande majorité se dilue dans les eaux si bleues de la Méditerranée.

Que deviennent ces morts ? Qui les nomme ? Comment font les mères, les frères, pour tenter de retrouver leurs disparus ? Numéro 387 nous emmène dans cette quête de l’identité au cœur du désastre humanitaire qui a ouvert notre siècle.

SOS Méditerranée

L'association civile de sauvetage en mer participe à la campagne de mobilisation citoyenne "tous sauveteurs" à l’occasion de son cinquième anniversaire. SOS Méditerranée est née l'année du naufrage au large de la Libye.
​​​​​Engendrée par le malheur, l'association continue son combat malgré les nombreux obstacles des Etats à l'application d'un devoir indissociable du droit marin : porter secours aux naufragés.
Sauvetage à bord de l'Ocean Viking en juillet 2020, dans des conditions encore plus difficiles avec le Covid19.
Sauvetage à bord de l'Ocean Viking en juillet 2020, dans des conditions encore plus difficiles avec le Covid19. © Shahzad ABDUL / AFP

Depuis sa création, SOS Méditerranée a porté secours à près de 30.000 personnes avec l'Aquarius et plus de 2200 naufragés depuis le départ en mer en 2019 de l'Ocean Viking.

"N°387-Disparu en Méditerranée" en Occitanie le samedi 3 octobre

A Perpignan, le cinéma historique "Le Castillet" diffusera le film à 18h30.
A Nîmes, c'est le Sémaphore, le bien nommé, qui le diffusera à 11h.
Enfin à Toulouse, "N°387-Disparu en Méditerranée" sera diffusé à 17h30 à l'Utopia de Borderouge.

Les trois séances seront suivies d'un débat avec des membres d'SOS Méditerranée.
Les diffusions dans les autres villes de France et d'Europe sur le site de "Tous sauveteurs".


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants humanitaire international monde cinéma culture société