A Ganges, les plus démunis victimes d'une polémique entre le maire et les associations

Publié le Mis à jour le
Écrit par Valérie Luxey

A Ganges (Hérault), le Secours Populaire manque de vivres et ne peut plus faire face à l'afflux des demandeurs depuis la fermeture du local Restos du Coeur, dont le bail n'a pas été renouvelé par le maire de la commune.

Dans les locaux du Secours populaire de Ganges (Hérault), l'inquiétude se lit sur les visages des bénévoles. Cette année, l'association compte 150 inscrits supplémentaires, portant à 500 le nombre de bénéficiaires. De façon proportionnellement inverse, les stocks diminuent. Le lait et la viande se font rares.
Une situation intenable depuis qu'en décembre 2012, le maire de Ganges a refusé de renouveler le bail du local des Restaurants du Coeur. Les Restos auraient en effet refusé de participer à un projet d'épicerie sociale intercommunale porté par la municipalité. Le maire, Michel Fratissier, entend faire de cette politique un levier pour faire face à la paupérisation de sa commune et aux situations de délinquance.