Gard : une épicerie-café-bureau de poste récompensée à Notre-Dame-de-la-Rouvière

Au cœur des Cévennes gardoises, l'épicerie multi-services de Notre-Dame-de-la-Rouvière tenue par Dina et Manuel a reçu une Mercure d'or. Une belle récompense pour ce couple de Parisiens qui a finalement choisi de vivre en milieu rural sur la commune de Val-d'Aigoual.

Vivre à Notre-Dame-de-la-Rouvière, pour ses 400 habitants, c'est bénéficier de deux privilèges. Une vue imprenable sur le Mont-Aigoual. Et avoir dans le village une épicerie, d'apparence ordinaire, tenue par Dina et Manuel Pirès. D'apparence seulement, car elle a été récompensée le 21 septembre dernier.

Le couple de propriétaires a gagné un Mercure d'Or lors d'un concours national organisé par les Chambres de commerces et d'industrie. Cette récompense est le top français des commerçants les plus talentueux en catégorie Commerce et Services 2020.
Anciens restaurateurs en région parisienne, ils ont changé de vie il y 5 ans, pour devenir épiciers, mais aussi cafetiers et postiers...

On apprend plein de choses ! Le contact humain est différent. La Poste, c'est vraiment administratif, c'est très important ici et l'épicerie, c'est vital aussi, c'est une autre façon de travailler.

Dina Pirès.

Une diversité de tâches et de services qui a redonné vie au village. Pour le plaisir non dissimulé de ses habitants, attablés en terrasse en ce jour ensoleillé.

"Nous avions vraiment besoin de ça. Ils sont venus de Paris et ils ont fait une énorme différence. Le village est maintenant vivant à nouveau" confie cet habitant originaire d'Angleterre. "On a le beau temps ici, Notre-Dame de-la-Rouvière, c'est le village le plus ensoleillé de France et boire son café le matin en terrasse, c'est la belle vie" confirme son ami.

Des projets en perspective 

Et pour continuer à ravir cette population internationale, les épiciers ont encore des idées, comme l'explique Manuel Pirès en pénétrant dans le garage attenant à l'épicerie.

"C'était un vieux garage que nous avons réaménagé en faisant des travaux à l'intérieur pour faire un snack-bar. Ce n'est pas encore vraiment en place parce que je n'ai pas encore fini, j'ai beaucoup de travail" s'amuse-t-il.

A l'arrivée du couple, le local était pourtant vide. Pour Manuel Pirès, la clé du succès tient en deux mots.

La persévérance et le travail ! Il n'y a pas d'autre secret, et c'est du matin au soir... Et surtout, aimer ce qu'on fait.

Un parcours récompensé et qui pourrait encore l'être en octobre, lors d'un concours régional cette fois-ci.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cévennes nature ruralité société