Municipales 2020 : Marine Le Pen en campagne à Nîmes, Lunel et Sète pour soutenir les candidats RN

Nîmes - Marine Le Pen en campagne pour les Municipales - 14 février 2020. / © maxppp JEAN MICHEL MART
Nîmes - Marine Le Pen en campagne pour les Municipales - 14 février 2020. / © maxppp JEAN MICHEL MART

Par Fabrice Dubault


Accueillie sous les huées de quelques manifestants, Marine Le Pen est venue apporter son soutien vendredi après-midi, à Nîmes, aux 8 candidats officiellement investis par le Rassemblement National pour les prochaines élections municipales dans le Gard.

Parmi eux : la tête de liste à Nîmes Yoann Gillet et le maire RN sortant de Beaucaire Julien Sanchez, candidat à sa propre succession.
Mais aussi Julia Plane, la candidate RN à Lunel, commune héraultaise voisine des bastions gardois du RN en Petite Camargue.

Gilbert Collard, le député RBM du Gard était aussi présent.

Marine Le Pen a refusé de se prononcer sur le nombre de communes qu’elle pensait conquérir en Occitanie.
 

On a des espérances de victoires dans le Gard, à Beaucaire. On peut créer la surprise à Nîmes. Toutes les planètes permettent de le croire.


Les autres ambitions électorales du RN dans le Gard restent Saint-Gilles, Vauvert et Le Grau-du-Roi.
 

Ce samedi, la présidente du RN est en visite à Sète pour soutenir la tête de liste Sébastien Pacull, ex-LR. Elle a donné une conférence de presse à 11h.
 

Marine Le Pen à Sète soutient "l'union des droites"


La présidente du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen a apporté samedi à Sète son soutien à un ex-responsable des Républicains candidat aux municipales dans cette ville où il mène une liste "d'union des droites".
Ancien président des Républicains (LR) dans l'Hérault, Sébastien Pacull brigue un mandat de maire à Sète à la tête d'une liste soutenue par le mouvement d'extrême droite de Mme Le Pen.
 

Il est un des représentants de la capacité de rassemblement et d'ouverture du Rassemblement national. C'est une nouveauté pour notre mouvement. C'est une forme de révolution culturelle", a déclaré Marine Le Pen lors d'une conférence de presse.


Une dizaine d'autres candidats aux élections municipales dans l'Hérault étaient également présents. "Une majorité d'entre eux sont à la tête d'une liste d'union, parfois même jusqu'à gauche", a précisé Jean-Louis Cousin, délégué départemental du RN, évoquant un "effet Pacull qui se propage dans le département".
 

L'effet "Pacull" !


Dans l'Hérault, Robert Ménard avait été élu à la mairie de Béziers en 2014 avec le soutien du Front national, rebaptisé depuis RN, à la faveur d'une triangulaire. Venu à Sète le 22 janvier, il avait estimé que "grâce à Sébastien (Pacull), c'est un rêve qui se réalise", ajoutant que "l'union des droites" est "l'évidence même".

"Il a été très rare dans le passé que le Rassemblement National soutienne des candidats qui ne soient pas issus de notre mouvement. C'est une volonté de ma part que de mettre en oeuvre ce rassemblement", a souligné Marine Le Pen samedi.
 

Nous sommes une liste de personnes réalistes face à des progressistes", a pour sa part soutenu Sébastien Pacull, ancien adjoint du maire de Sète.


Marine Le Pen a rappelé à Sète l'objectif de son parti pour ces municipales : "gagner à nouveau les communes déjà acquises (...), remporter de nouvelles villes en soutenant des candidats et faire élire plusieurs centaines de conseillers municipaux qui seront demain de futurs maires, conseillers communautaires, départementaux ou régionaux".
 

Sur le même sujet

Les + Lus