Gard-Hérault : l'incendie criminel d'un émetteur dans les Bouches-du-Rhône prive les habitants de radio et de télé

Le relais radio et télé du Massif de l'Etoile, situé au nord de Marseille, est le deuxième plus important de France. Depuis l'incendie qui a gravement endommagé les locaux, dans la nuit de lundi à mardi, 3,5 millions de personnes sont privées de télévision ou de radio. Des travaux sont en cours.
Le relais du Massif de l'Etoile est le deuxième plus important de France
Le relais du Massif de l'Etoile est le deuxième plus important de France © Gendarmerie Paca
Les opérations destinées à rétablir la diffusion des chaînes de radio et télévision, affectées par un incendie volontaire, se poursuivent ce mercredi sur l'émetteur du Massif de l'étoile, près de Marseille.

Elles se déroulent en deux volets : le premier pour continuer d'évaluer les dégâts, et voir comment sauver ce qui peut l'être et le second pour trouver rapidement des solutions alternatives pour reprendre la diffusion des programmes explique TDF, Télédiffusion de France, propriétaire des antennes et responsable du transport des signaux radio et TV.

3,5 millions de personnes sans radio ni télé

Le site de TDF installé près de Marseille au sommet du massif de l'Étoile depuis 1954 a été visé par un incendie volontaire dans la nuit de lundi à mardi, dont les conséquences ont entraîné l'interruption de la diffusion de 25 chaînes de la TNT sur 30. Pour les usagers regardant le petit écran sans passer par une box internet, il n'y a plus d'images, idem pour 19 stations de radio FM autour du site.
Au total, environ 3,5 millions de personnes entre Bouches-du-Rhône, Alpes-de-Haute-Provence, Vaucluse, Gard et Hérault sont affectées.
Le site pourtant sécurisé abrîte 4 pylônes, dont l'un de 148 mètres de haut, transmettant télévision, radio et téléphonie mobile.

Des clients des opérateurs Bouygues Télécom, Orange, Free et SFR ont été touchés, mais dans une moindre mesure en raison de la présence d'autres antennes aux alentours.

Dès mardi, la diffusion de certaines stations de radio a déjà été remise en service, mais "la technique est plus lourde" pour la télévision, toujours selon TDF, qui a souligné le "travail titanesque" de ses équipes pour mettre un terme à ces coupures.

Un incendie criminel contre la télé ou la 5G ?

Une enquête a été ouverte par le parquet d'Aix-en-Provence sur le sinistre et confiée à la gendarmerie.
Vers 2H30 dans la nuit de lundi à mardi, une ou plusieurs personnes se sont introduites sur le site, selon le procureur Achille Kiriakides, où elles ont provoqué cet incendie qui s'est propagé à l'ensemble du bâtiment.

Le site vandalisé abrite aussi des antennes-relais de téléphonie mobile, mais pas de 5G, même si ça devrait être le cas à l'avenir.
"Nous avons déjà été confrontés à des actes de malveillance cette année", a déploré le directeur régional de TDF Sud-Est, Patrice Bargas, évoquant "des revendications assez disparates, certains contre la 5G, d'autres qui veulent s'en prendre aux médias, et obtiennent ainsi une certaine visibilité".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers télévision économie médias pompiers téléphonie