Gard : jets de pierres, insultes, victime d'agressions homophobes, une famille contrainte de fuir son village

Publié le
Écrit par Isabelle Bris

Harcelée par des jeunes du village de Redessan, situé à l'ouest de Nîmes, une famille homoparentale a décidé de quitter son domicile. Quatre personnes dont un mineur devront en répondre devant la justice.

Tout a commencé il y a deux semaines : des jeunes du village, qui se rassemblent souvent sur une petite place située au centre de Redessan dans le Gard, font exploser des feux d’artifice sur la chaussée, près du domicile d'un couple d'homosexuels.

L'un des pétards touche une fenêtre de la maison et réveille les enfants du couple, des jumeaux âgés de trois ans. Leurs deux papas tentent en vain de raisonner le petit groupe de jeunes et appellent les gendarmes à la rescousse.

Les jours suivants, la situation s'envenime : les insultes homophobes et les jets de pierre fusent. Les jeunes tambourinent à la porte pendant des heures, faisant hurler de peur les enfants.

Le couple de trentenaire, dont l'un est Redessanais, a déposé une première main courante chez les gendarmes le jeudi 12 mai avant de porter plainte quatre jours plus tard.

Rien n'y a fait : la famille terrorisée a dû être exfiltrée de son domicile par les militaires, lundi 16 mai. 

La municipalité choquée et en colère

Fabienne Richard, la maire du village a reçu la famille dans son bureau jeudi 19 mai. L'édile, qui leur a affirmé son soutient total devant notre caméra, semble désemparée devant tant de haine et de violence.

Avec les élus, on est choqué, il y a aussi une grosse partie de colère. Je ne comprends pas une telle agression dans un petit village où il fait bon vivre. Je ne comprends pas qu’on ne puisse pas vivre ensemble tout simplement, dans la sérénité, le respect des uns et des autres et la tolérance.

Fabienne Richard,

maire de Redessan, dans le Gard

L'un des papas avait déjà signalé les insultes homophobes à la mairie qui avait envoyé la police municipale. Là aussi, en vain.

Fabienne Richard est d'autant plus navrée que l'un deux hommes est redessanais d’origine : "Il s'est beaucoup investi dans le village quand il était plus jeune, il était heureux de vivre ici avec sa famille, ça fait mal de voir des gens du cru obligés de partir à cause de ces incivilités" explique-t-elle.

L'élu compte contacter d’autres maires des villages aux alentours pour essayer de leur trouver un logement.

Convoqués devant la justice

Grâce aux caméras de vidéo surveillance, la gendarmerie pu identifier les auteurs de ces agressions : quatre jeunes, dont un mineur, ont été interpellés vendredi 20 mai et placés en garde à vue avant d’être relâchés dans la soirée.

Ils doivent être jugés ultérieurement pour des faits d'injures homophobes et de dégradations de biens devant le tribunal de Nîmes.  

Quant à la famille, qui a subi un énorme choc émotionnel, elle a décidé pour le moment de fuir le village et a trouvé momentanément refuge chez des amis.

Il n'est pas sûr qu'elle revienne vivre un jour à Redessan.