Municipales 2020 : ce qu'il faut retenir du débat du Grau-du-Roi

Les Graulens aiment leurs médecins ! Ils en ont élus trois depuis la seconde guerre mondiale. Le maire sortant Robert Crauste affrontera dimanche 28 juin un jeune collègue psychiatre Charly Crespe. nous vous proposons de voir ou revoir notre débat animé par Isabelle Bris

Les Graulens aiment leurs médecins ! Ils en ont élus trois depuis la seconde guerre mondiale. Le maire sortant Robert Crauste affrontera dimanche 28 juin un jeune collègue psychiatre Charly Crespe.
Les Graulens aiment leurs médecins ! Ils en ont élus trois depuis la seconde guerre mondiale. Le maire sortant Robert Crauste affrontera dimanche 28 juin un jeune collègue psychiatre Charly Crespe. © N. Le Doucen / FTVI

Arrivé largement en tête au 1er tour de scrutin le 15 mars dernier, Robert Crauste (maire sortant divers centre) se félicite : «  J’y vois une véritable reconnaissance de l’électorat et nous avons encore des réserves chez les abstentionnistes ».

Charly Crespe, son challenger ne fait pas la même lecture : « l’abstention a bénéficié aux maires sortants : Aigues-Mortes, La Grande Motte ou Saint Gilles où les maires ont été réélus au 1er tour. Ce n’est pas le cas au Grau-du-Roi parce que 55% des électeurs souhaitent un nouveau maire. »

Le Grau-du-roi est une cité balnéaire où le tourisme occupe une place importante. « La crise a été un choc économique terrible, avoue Robert Crauste. Nous avons proposé par exemple la gratuité de l’occupation du domaine public. C’est un acte fort. Nous n’étions pas ailleurs, nous étions très présents. »

Charly  Crespe est plus sévère : « Les modes de consommation ont évolué et la commune ne s’y est pas adaptée. Il faut diversifier l’offre quasi exclusivement basée sur le tourisme. Nous sommes encore trop dépandant d’un tourisme de masse ; il faut se tourner vers un tourisme engagé vers la protection de l’environnement. Je veux aussi créer un office du commerce pour faire la promotion de la consommation en circuit court avec également une sorte de place de marché en ligne ».

Logement

"Il y a une vraie problématique qui n’a pas encore trouvée sa solution. Il y a une fuite des jeunes. L’Eco quartier (ex camping des pins) est un projet sur 6 hectares avec 25% de logements sociaux pour permettre aux jeunes de rester et équilibrer notre démographie". (Robert Crauste)

"Des éléments de langages, tacle Charly Crespe. Si les jeunes quittent Le Grau-du-Roi, c’est parce qu’il n’y a pas d’emplois. Le programme de l’éco quartier ne répond pas aux besoins. Il va faire venir une population extérieure qui n’aura pas d’emploi en ville et c’est bétonner une fois de plus. Les espaces verts n’ont cessé de se réduire. Du logement, il y en a. Il y a des centaines de logements vacants sur la commune. Il faut d’abord restaurer le bâti".

Emploi 

(source INSEE 2016, 23% et quais le double pour les jeunes de moins de 25 ans)

« Il faut utiliser le terrain du camping des pins pour accueillir des entreprises innovantes, il faut travailler sur la formation. Il faudra aussi y construire un EHPAD ». (Charly Crespe)

« Notre concurrent parle comme dans un livre, nous, nous agissons. L’accompagnement de nos jeunes sur le chemin de l’emploi, c’est déjà actif, ce n’est pas un projet. Cette ville ne se paupérise pas, » assure Robert Crauste.

Finances

« Le contribuable a été très sollicité en début de mandat par le maire sortant qui a augmenté de 11% les impôts et je regrette que dans le même temps il ait vendu plus de 23 millions d’euros de patrimoine sans faire d’investissement pour diversifier l’économie. C’est terrible et dommage. Et avec une hausse de la masse salariale. Non, le maire n’a pas été exemplaire. Et puis le terrain du camping des pins n’est pas encore constructible, il faut le dire. Par contre, il a été acheté au prix d’un terrain constructible. Le maire marche à côté de la plaque, » s’agace Charly Crespe.

« Les finances aujourd’hui sont saines. Notre ville était promise à une mise sous tutelle. Nous avions en 2014 70 millions de dettes consolidées", précise Robert Crauste.

Sécurité : 

« Il faut créer un observatoire local de la délinquance. L’insécurité existe. Il faut développer la vidéo-surveillance et faire en sorte que la police municipale soit plus au contact de la population". (Charly Crespe)

« Le Grau-du-Roi n’est pas Chicago ! Les résultats sont là. Il y aura des caméras supplémentaires. Mais nous avons fait un gros travail sur la sécurité ». (Robert Crauste)

Pour revoir le débat, cliquez sur la player:

Présentation du débat:

À l'issue du premier tour des élections municipales, le maire sortant Robert Crauste est arrivé largement en tête avec 44,5% des suffrages. Derrière lui, le jeune Charly Crespe a rassemblé  21,3% des voix. Léopold Rosso, tenant de la droite historique du Grau et encarté chez les Républicains sans en avoir eu l’investiture pour autant, est arrivé 3e avec 15,59%.

En position de se maintenir, Léopold Rosso a pourtant décidé de faire liste commune avec Charly Crespe qui semble vouloir s’imposer comme le nouveau leader de la Droite graulenne. Son objectif est d'abord de battre le maire actuel, histoire de prendre aussi sa revanche sur le scrutin 2014 où Robert Crauste l’avait battu de justesse, avec quinze voix d’avance.

Comme ailleurs en Occitanie, ce premier tour s’est déroulé dans le conteste très particulier de la crise sanitaire et a été marqué par une très forte abstention : seuls 54 % des graulens, pourtant très civique d’habitude, sont allés voter. 

Une droite toujours divisée

Pour ce 1er tour, face au maire sortant, il y avait 5 listes à droite, du jamais vu au Grau-du-Roi ! (en 2014, on en comptait 4 au total).

Malgré trois mois de battement entre les deux tours, la Droite n’a pas réussi à s’unir et reste déchirée. La rencontre entre Charly Crespe et Sophie Pellegrin-Ponsole, qui a réalisé 8,32% des suffrages s’est mal passée : elle a tourné court quand la tête de liste du « Cercle du Grau » a compris qu’il n’y aurait aucun siège pour elle et ni pour ses colistiers dans la nouvelle liste d'union.

Charly Crespe a également rencontré Yvette Flaugère, la candidate du RN, (7%) qui, elle, s’est dit satisfaite de l’union Crespe/Rosso et appellera à faire barrage à Crauste. 

Contexte politique

Le Grau du Roi est une des rares stations balnéaires à être dirigée par la gauche, même si le maire actuel ne revendique pas cette étiquette. Le Rassemblement National, très puissant lors des présidentielles, s’effondre quand on passe au scrutin local : aux municipales de 2014, Yvette Flaugère avait totalisé 6.42%. (Les habitants du Grau-du-Roi ont voté à près de 54% pour Marine Le Pen, en 2017).

Les adversaires :

Robert Crauste, divers centre, qui se dit sans étiquette ni droite ni gauche, est en ballotage favorable. Il a été élu sous une étiquette divers gauche en 2014 et a succédé à Etienne Mourrut (RPR/UMP) qui a dirigé cette ville gardoise pendant près de 30 ans. Auparavant, de 1945 à 1983, ce sont deux médecins du gauche qui ont été élus.

Médecin généraliste depuis 38 ans au Grau, il a aussi été celui des pompiers. Il devrait bénéficier d’un forte réserve de voix, vu le taux d’abstention au 1er tour. Son bilan est notammant marqué par de nombreuses actions en faveur de l’environnement. Il a hérité d’un ville très endettée en 2014, "au bord de la tutelle" selon ses dires et affirme avoir réussi à redresser la barre.

Charly Crespe, sans étiquette, novice en politique est une jeune psychiatre de 32 ans qui excerce au CHU de Nîmes. Enfant du pays, il a grandi au Grau du Roi avant de partir faire ses études de médecine. Engagé dans le milieu associatif, il n’a jamais eu de mandat politique. Il assume sa tendance politique à droite mais se dit ouvert à toutes les idées.

Très attaché à la notion de démocratie participative il veut créer, s'il est élu maire, une commission extra municipale, sorte d’outil où toutes les personnes qui se sont présentées au  premier tour pourront s’impliquer dans la vie de la commune.

Les thèmes du débat

Sécurité :

Un thème important pour les graulens, présent dans la plupart des programmes des candidats. Le maire actuel a doublé le nombre de policiers municipaux, crée une brigade nautique et une nocturne. Il affirme que la délinquance a baissé de 50% depuis 2014. On compte désormais 70 caméras de surveillance en ville.

Economie :

Cette cité balnéaire de 8500 habitants (120 000 en juilet et août) vit du tourisme, c’est son pilier économique. Selon le maire sortant, la crise du coronavirus a durement touché la ville, mais pour le moment, aucun rideau ne devrait rester baissé.

La ville est pauvre : le taux de chômage est très élevé plus de 23% en 2016, chez les moins de 25 ans, c'est preque le double. (Taux de chômage en France : 11% 2016, source INSEE).

42% de la population a plus de 60 ans. Beaucoup sont des retraités modestes.

Le Gard est au 4ème rang des départements les plus touchés par le chômage. 1 personne sur 5 vit sous le seuil de pauvreté. Nîmes et Alès qui figurent parmi les 10 villes les plus pauvres de France.

Environnement : 

Un thème où les deux adversaires pourraient se rejoindre, Carly Crespe reconnait que le maire sortant a fait du bon travail en la matière.

Forte de 18 kilomètres de plage, dont celle de l’Espiguette, la ville du Grau-du-Roi est fière de son littoral. Mais à gérer, nettoyer et entretenir, cela coute cher !

Sur 5000 hectares, le Grau compte 2500 ha classés. 1000 ha appartiennent au conservatoire du littoral.

Urbanisme : polémique autour d’un Eco quartier

Depuis trois ans, la majorité municipale  travaille sur un projet d'éco-quartier labellisé sur le terrain d’un ancien camping, près du centre. En friche depuis vingt-cinq ans, ce terrain d'une surface de 6,5 hectares est constructible. Robert Crauste y voit un moyen de retenir les jeunes de la ville qui ne parviennent pas à se loger.

Ses adversaires n’en veulent pas : ils évoquent un quartier trop dense en habitations et qui va perturber la vie des Graulens.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter