Nîmes: un appel à témoins pour retrouver les victimes d'un gastro-entérologue

Le commissaire et Manuel Dumas chef de la sûreté départementale du Gard à gauche, le vice procureur Patrick Botero au centre, lors de la conférence de presse consacrée au médecin gardois poursuivi notamment pour escroquerie. / © J. Curato
Le commissaire et Manuel Dumas chef de la sûreté départementale du Gard à gauche, le vice procureur Patrick Botero au centre, lors de la conférence de presse consacrée au médecin gardois poursuivi notamment pour escroquerie. / © J. Curato

515 personnes auraient été victimes d'un gastro-entérologue nîmois, spécialisé dans les problèmes d'obésité et d'amaigrissement. Le préjudice estimé est de 450.000 euros pour la CPAM et 140.000 euros pour les patients. Les enquêteurs recherchent d'autres victimes. 

Par OLC avec J. Curato

Nîmes: Au moins 515 personnes auraient été victimes d'un gastro-entérologue
515 personnes auraient été victimes d'un gastro-entérologue nîmois, spécialisé dans les problèmes d'obésité et d'amaigrissement. Le préjudice estimé est de 450.000 euros pour la CPAM et 140.000 euros pour les patients. Les enquêteurs recherchent d'autres victimes.  - J. Curato et A.Ployart


Risque de complications


L'homme de 54 ans exerçait en libéral au sein de la Polyclinique Grand sud de Nîmes. Sous anesthésie générale, les endoscopies qu'il était censé pratiquées lui permettaient en fait d'injecter un produit à base d’acide hyaluronique dans l'estomac. La méthode devait permettre perdre du poids au patient. Mais ce protocole avait été testé à Lyon entre 2010 et 2012 et la sécurité sociale avait refusé de le valider, estimant qu'il présentait des risques de complications.

Au moins 515 victimes


La gastro-entérologue nîmois a été dénoncé par un patient fin 2014. L'enquête menée par la sûreté départementale du Gard et sa brigade financière avec l'aide du Groupement d'Intervention régionaux d'Occitanie a permis de dénombrer aujourd'hui 515 victimes entre 2011 et 2015. Mais il y en aurait peut-être plus. Une adresse mail est mise à disposition des potentielles victimes: ddsp30-victimehyalu@interieur.gouv.fr



Préjudice minimum : près de 600.000 euros


Le préjudice estimé est de 450.000 euros pour la caisse primaire d'assurance maladie et 140.000 euros pour les patients. L'enquête est ouverte pour "blessures involontaires aggravées, escroquerie aux organismes sociaux, tromperie présentant un danger pour la santé, faux et usage de faux et recherche biomédicale non autorisée."

Le parquet de Nîmes a demandé le placement en détention provisoire du médecin après 36 heures de garde à vue. Selon le vice-procureur de la République de Nîmes, "le mise en cause ne nie pas l'évidence". Il n'a exercé qu'à la Polyclinique Grand sud de Nîmes. L'homme a été mis en examen en début de soirée et placé sous contrôle judiciaire. Il reste libre d'exercer son métier.


Sur le même sujet

Baillargues : fermeture d’un des passages à niveau les plus dangereux de France

Les + Lus