Nîmes : six mois de prison ferme pour le couple qui a battu et séquestré un homme

Ce mardi matin s’est ouvert au tribunal correctionnel de Nîmes le procès d’un couple soupçonné d’avoir séquestré et battu Claude, un ouvrier agricole de 56 ans, pendant plusieurs années à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard. Ils ont été condamné à 18 mois de prison dont six ferme.

Un couple, la sœur et le beau-frère de la victime, est jugé par le tribunal correctionnel de Nîmes pour des faits de séquestrations, violences et abus - 15 juin 2021
Un couple, la sœur et le beau-frère de la victime, est jugé par le tribunal correctionnel de Nîmes pour des faits de séquestrations, violences et abus - 15 juin 2021 © Josette Sanna - FTV

Dans le box ce mardi, un couple, qui n'est autre que la sœur et le beau-frère de la victime. Tous les deux sont poursuivis pour des faits de réduction en servitude, de violences, de délaissement, séquestration et d’abus frauduleux. Ils sont soupçonnés d’avoir séquestré battu et exploité Claude 56 ans, ouvrier agricole.

A la barre, la victime réitère les accusations à l’encontre de sa sœur et de son beau-frère. Quant au couple, il nie en bloc les faits qui leur sont reprochés et affirme avoir enfermé l’homme « pour sa sécurité ».

Le ministère public représenté par le procureur Willy Lubin avait requis à l’encontre du couple deux ans de prison dont huit mois ferme sans mandat de dépôt. Il estimait que les prévenus n'avaient pas conscience de la gravité de leurs actes. 

Le couple a finalement été condamné à dix huit mois de prison dont six ferme, il a été reconnu coupable de violences volontaires d'abus frauduleux de faiblesse et de délaissements sur une personne très vulnérable.

Affaibli, frappé et exploité

Claude s’est présenté le 2 mai dernier, affaibli, affamé et couvert d’ecchymoses à la gendarmerie de Pont-Saint-Esprit dans le Gard pour dénoncer des faits de violences et de séquestrations dont il était victime depuis plusieurs années.

Son calvaire commence après un accident cardio vasculaire qui le laisse sans défenses ni ressources. Suite à cet accident Claude souffre d’un handicap qui ne lui permet plus de travailler. Il est alors recueilli par sa sœur qui détourne son allocation d'adulte handicapé. L'homme n' avait plus accès à ses revenus et s'est retrouvé à la merci du couple. Contraint de rester à domicile, il doit couper du bois toute la journée et voler du pain pour manger. La nuit, il est enfermé dans sa chambre, il se fait également frapper par son beau-frère.

Le 2 mai dernier, l'homme arrive à s'échapper. Extrêmement mal nourri, Claude est arrivé à la gendarmerie de Pont-Saint-Esprit dans un état de dénutrition et de déshydratation trés important. Il avait dû être hospitalisé. 

Le Procureur de la République à Nîmes, Eric Maurel, avait déclaré lors d’une conférence de presse :

C'est une histoire qui s'inscrit dans un contexte de misère humaine et de souffrance particulièrement effroyable. Cet homme a été réduit en servitude pendant des années par sa sœur et le mari de sa sœur. Et quand je dis réduit en servitude, nous sommes à la limite de l'esclavage...

Eric Maurel, procureur de la République à Nîmes

 

10 ans de prison et 300 000 euros d'amende 

Le couple avait alors été incarcéré et devait être jugé le 10 mai dernier en comparution immédiate mais leurs avocats avaient demandé un report d’audience pour préparer la défense. Les deux prévenus encouraient une peine de 10 ans de réclusion criminelle et une amende de 300 000 euros.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité justice prison faits divers famille