Nîmes obtient une seconde maison d'arrêt

Au cours d’un entretien téléphonique avec le Garde des Sceaux  mercredi 31 mars, le maire de Nîmes a eu la confirmation de la création d’un nouvel établissement pénitentiaire, sur l’ancienne base OC’VIA, d’ici à 2027.

 La seconde prison du Gard, s’installera bien sur l’ancienne base OC’VIA, entre Nîmes, Milhaud et Générac.
La seconde prison du Gard, s’installera bien sur l’ancienne base OC’VIA, entre Nîmes, Milhaud et Générac. © FTV

L’affaire semblait entendue depuis plusieurs semaines, elle est désormais officielle. La seconde prison du Gard, s’installera bien sur l’ancienne base OC’VIA, entre Nîmes, Milhaud et Générac. Le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, en a eu la confirmation ce mercredi 31 mars  au cours d’un entretien téléphonique de plusieurs minutes avec le Garde des Sceaux, Eric Dupont-Moretti.

 Je me réjouis de cette décision qui va permettre la création d’emplois directs et indirects, mais aussi et surtout de renforcer les moyens d’action de la justice au niveau local dans la lutte contre la grande délinquance qui gangrène notre territoire, et en particulier le trafic de drogue . 

Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes

Couplé à la création de 150 places supplémentaires dans l’actuelle maison d’arrêt de Nîmes, le nouvel établissement pénitentiaire de 700 places devrait pouvoir absorber la surpopulation carcérale locale. Les travaux, de l’ordre de 150 millions d’euros, débuteront en 2024 pour une livraison attendue en 2027. Le site Oc Via anciennement occupé par les entreprises en charge du chantier du contournement  ferroviaire Nîmes Montpellier sera celui de l'implantation de la future prison. 

L’an dernier,  la première proposition du Ministère de la Justice était d’implanter la seconde prison du Gard dans l’agglomération d’Alès.

« Le bon sens a gagné. Outre la question de la sécurité, 80 % des besoins judiciaires concernent la partie sud du département. Il semblait cohérent d’installer cet établissement à Nîmes, avec la présence d’une cour d’Assises et d’une cour d’Appel », conclut le premier magistrat de la commune.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société prison