Patrice Prat, député du Gard : "Nous entrons dans un hiver démocratique"

Publié le Mis à jour le

"L’insouciance d’une partie des élus, les blocages de la société politique elle-même ne font qu’aggraver le fossé qui nous sépare de nos concitoyens." La vision de la fonction de député décrite par Patrice Prat (Gard) est très sombre. Il a décidé de ne pas se représenter.

Dans un article publié samedi 24 mars par Le Monde "Ces députés dépités par leur mandat", plusieurs députés, novices ou pas, expriment leur désenchantement." Une trentaine de députés ont déjà fait le choix de ne pas prolonger ce séjour à l’Assemblée nationale. Et ils pourraient encore plus nombreux début juin. En cause, la loi sur le non-cumul des mandats, qui interdira après les prochaines législatives d’être maire et député, mais aussi pour certains, le choix assumé de faire autre chose que de la politique.

"Hiver démocratique"

Il y a quelques jours, Patrice Prat, député du Gard (ex-PS) a, quant à lui, choisi d’annoncer son départ dans une lettre très sombre. "Nous entrons dans un hiver démocratique, c’est mon intime conviction. Je souhaite me tromper, écrit-il. L’insouciance d’une partie des élus, les blocages de la société politique elle-même ne font qu’aggraver le fossé qui nous sépare de nos concitoyens." 

Un goût amer sur nos institutions et sur les pratiques de notre système politique

Le député du Gard pensait pouvoir influencer les décisions. il n'en est rien. "En effet, ce quinquennat s’achevant, il m’a laissé un goût amer sur nos institutions et sur les pratiques de notre système politique. Fort de mon expérience de près de 20 années en qualité d’élu local, une fois élu Député, je pensais raisonnablement pouvoir agir efficacement pour influencer la trajectoire de ce pays ainsi que pour contribuer à un mieux vivre des Françaises et des Français. Au terme de ce mandat, je constate qu’il n’en est rien ou presque."

L’éthique seule pourra redonner la confiance

"Il n’y aura pas de vraies réformes dans ce pays si les élus nationaux et locaux ne montrent pas l’exemple.Il faut cesser de penser que la politique puisse demeurer un métier à vie. Il faut briser les carrières longues au niveau national notamment et remettre de l’ordre dans le système politique aujourd’hui à bout de souffle. L’éthique seule pourra redonner la confiance."

A 51 ans, Patrice Prat a décidé de s'accorder une pause, "peut-être plus". 'La vérité, on ne la cherche plus que dans les scandales qui se succèdent tandis qu’elle ne triomphe plus dans l’efficacité de l’action politique.' 

 

Echos de campagne dans le journal de 19h
A partir de ce lundi 27 mars, nous vous proposons une rubrique quotidienne sur les élections dans le journal de 19h. "Echos de campagne", est présentée par Florent Hertmann.