REPORTAGE. Incendies : ces saisonniers de l'Office national des forêts, premiers remparts efficaces contre les flammes

Malgré le dernier épisode de canicule, le Languedoc a été relativement préservé cet été par les feux de grande ampleur. Ceci s'explique grâce maillage du terrain par les pompiers mais aussi par les véhicules de l'Office national des forêts qui patrouillent sur les pistes. Reportage dans le Gard.

Au volant du patrouilleur de l'Office national des forêts, Jérémy Rimbert, 26 ans. Cet étudiant en droit, est saisonnier de l'ONF depuis plusieurs étés. Il surveille les pistes du Gard, avec à ses côtés un pompier.

"On a un rôle d'intervention sur feux naissant mais surtout un rôle préventif car on va sensibiliser la population par notre présence dans les villages et les lieux un peu touristiques", confie le saisonnier.

Un pare-feu express

Objectif de ces patrouilleurs : en cas d'incendie, intervenir en moins de dix minutes. Pour cela, les saisonniers de l'ONF disposent d'un minimum de matériel : "On a une cagoule, des gants, un casque avec un masque et une veste contre le feu. Une cuve de 700 litres d'eau et une motopompe qui nous permet d'envoyer l'eau à travers la lance", détaille Jérémy Rimbert.

23 véhicules sillonnent les forêts gardoises depuis le 3 juillet. Ce premier pare-feu de la prévention contre les feux de forêts s'avère très efficace. 

Le véhicule arrive rapidement, on connaît le front de feu, la végétation qui brûle, si c'est dans le vent ou contre au vent, ça permet d'adapter les moyens aux pompiers qui vont venir en renfort.

Stephen Royer, ONF Gard

Un été clément

Ce dispositif de sentinelle est financé par l'Etat. Et s'il est un peu tôt pour dresser un premier bilan de l'été, pour l'instant, le pire a été évité.

Carole Troy, membre de la direction départementale des Territoires - Unité Forêt, constate : "Cet été on arrive à peu près à 200 feux de végétation, feux de forêts compris, qui ont brûlé à peu près six hectares. Il s'agit d'un bilan provisoire, l'été n'est pas fini mais il a été beaucoup plus clément que l'été dernier."

En effet, en 2022, les incendies s'étaient multipliés dans les massifs : Générac, Aubais, Bordezac, Saint-Ambroix, Beaucaire...La vigilance était de rigueur à l'été 2022. Cette année, les patrouilleurs, moins solicités par les interventions cet été, termineront leur mission le 31 août.

Écrit avec Denis Clerc.