Cet article date de plus de 4 ans

Saint-Hyppolyte-du-Fort : le musée de la soie, témoin des filatures cévenoles

Dans les Cévennes, de nombreuses industries textiles se sont développées autour de l’élevage du ver de soie au 18ème siècle. A Saint-Hyppolyte-du-Fort, il y a avait une filature. Aujourd’hui, il y a un musée de la soie pour raconter l’histoire de cette époque. Visite.
Le musée de la soie, est situé à Saint-Hyppolyte-du-Fort, dans le Gard, dans une ancienne école militaire. En le visitant vous redécouvrirez une époque où l’industrie de la soie était florissante et contribuait à la richesse des Cévennes.

Le reportage de Jean-Michel Escafre et Benoit De Tugny
durée de la vidéo: 02 min 52
Saint-Hyppolyte du Fort : le musée de la Soie, vestige des productions des filatures cévenols ©France 3 LR


En Occitanie, dans les Cévennes gardoises, on élevait le ver à soie pour produire des fils de soie. Autour de cette pratique s’est développée toute une activité textile en soie.

Les filatures cévenoles se développent à partir du 18ème siècle, l’activité devient industrielle, Anduze et St Ambroix comptent jusqu’à vingt filatures. A Saint-Hyppolite, il y en a une.

Le musée comporte plusieurs parties qui suivent l’ordre chronologique de l’activité séricicole :

Une première salle reconstitue une magnanerie avec la présence d’un taulier, vaste échafaudage de tables et de claies où vous pourrez observer, d’avril à octobre, un élevage de vers à soie vivants à tous les stades du cycle.

Une deuxième salle consacrée à la filature, à la fabrication du fil de soie à partir des cocons. Et une troisième salle dédiée au tissage et au tricotage.

C’est un musée vivant qui permet à chacun de découvrir les techniques de l’élevage du ver à soie, jusqu’à la formation du cocon et l’extraction du fil de soie. Il reflète aussi l’histoire de la filature cévenole.



 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire sorties et loisirs tradition musée culture industrie économie