Suicide au tribunal de Nîmes : la victime originaire de la Lozère recherchait "des magistrats mafieux"

L'homme de 46 ans qui est parvenu vendredi à pénétrer armé dans le palais de justice de Nîmes avant de se suicider était un habitant de la Lozère. Son acte était vraisemblablement motivé par la recherche de "magistrats mafieux", selon des sources proches du dossier.

Le quadragénaire est entré dans la cour d'appel, vendredi vers 8H10, par une porte réservée aux fonctionnaires et magistrats du palais de justice et qui s'ouvre normalement avec un badge, selon les premières investigations.

 

Un fusil de chasse et des munitions pour "rechercher des magistrats mafieux"


Le forcené habitant la Lozère et ancien notaire avait caché un fusil de chasse dans un sac et dissimulé des munitions au niveau de ses jambes et de sa ceinture avant de parcourir pendant environ 10 minutes différents locaux de la cour d'appel, notamment le greffe civil.


Selon les mêmes sources et des témoignages recueillis par un correspondant de l'AFP, l'intrus armé a parlé avec certains membres du personnel, demandant notamment à voir un haut magistrat qui a changé de poste et "des magistrats mafieux".
A un huissier lui demandant ce qu'il fait là, l'homme a répondu simplement "Ta gueule".

L'huissier a alors donné l'alerte et la police a été prévenue vers 8H20. Le palais de justice avait alors été évacué et le quartier bouclé par les forces de l'ordre.

 

 

Un suicide dans la salle des pas perdus et une lettre-testament dans sa voiture


Devant plusieurs témoins, l'homme a alors retourné son arme contre lui face aux grands escaliers de la cour d'appel, à deux pas de l'entrée de la salle d'assises.

L'homme a été identifié vendredi soir et une lettre-testament dont on ne connait pas la teneur à ce stade a été retrouvée dans son véhicule garé au parking des Arènes, face au palais de justice.

Une enquête pour "recherche des causes de la mort" est ouverte, a indiqué vendredi le procureur de la République Eric Maurel, qui a confié l'enquête à la direction départementale de la sécurité publique de Nîmes.

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société police sécurité décès faits divers