Après la Croix du Pic Saint-Loup, une statue de vierge décapitée à Sumène (Gard)

Après la vandalisation d'une croix en mai dernier au Pic Saint-Loup, c'est cette fois-ci la statue d'une vierge qui a été retrouvée vandalisée hier dans la commune gardoise de Sumène. La municipalité va porter plainte.

A gauche de la statue, la tête gisante après l'acte de vandalisme qui a décapité l'oeuvre au pont d'Hérault de Sumène.
A gauche de la statue, la tête gisante après l'acte de vandalisme qui a décapité l'oeuvre au pont d'Hérault de Sumène. © Ghislain Pallier - Ville de Sumène

Au pied du pont d’Hérault à Sumène, hier matin, des passants ont retrouvé  cette statue décapitée. 

La tête de la vierge se trouve encore au sol, parmi quelques autres morceaux. Non loin de là, une grosse pierre, qui pourrait avoir servi pour commettre l'acte, fait penser à un acte volontaire.  

La statue a été implantée là après guerre, en 1950, entre la Départementale 999 qui mène au Vigan et la Départementale 986 qui monte vers l’Aigoual. 

A quelques mètres se trouve le pont d’Hérault. Le symbole religieux représente « un guide » pour  les voyageurs et veut les préserver des routes dangereuses. 

La statue de la vierge du pont d'Hérault à Sumène (Gard) avant l'acte de vandalisme qui l'a décapitée.
La statue de la vierge du pont d'Hérault à Sumène (Gard) avant l'acte de vandalisme qui l'a décapitée. © Google maps Street Views

Plainte pour vandalisme 

Ghislain Pallier, maire de Sumène fraîchement élu au premier tour des municipales en mars dernier, a porté plainte ce mercredi matin. 

L’affaire n’est pas sans rappeler la destruction de la Croix de fer, le 11 mai dernier au sommet du Pic Saint Loup à une quarantaine de kilomètres de là.

Un marbrier de Saint Hippolyte du Fort en Cévennes s’est déjà proposé de réparer la statue de la vierge Marie. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers religion société