Premières journées de la biodiversité à Saint-Jean-du-Gard : plantes médicinales et produits de beauté bio en vedette

Plantes, huiles essentielles et produits naturels ont le vent en poupe. C'est ce qu'ont révélé les premières "Journées de la Biodiversité en Cévennes" organisées à Saint-Jean-du-Gard, les 20 et 21 novembre. Un premier rendez-vous des passionnés de la nature.

Faire découvrir de manière simple et ludique les fruits sauvages, les salades de campagne et les plantes médicinales. Découvrir le monde végétal sauvage, avoir une sensibilisation au goût et à l’odeur, au processus de transformation d’une production primaire, par une approche artistique, créatrice et ludique. Tels sont les objectifs des « Journées de la biodiversité en Cévennes » qui se sont déroulées pour la première fois ce week-end. 

Les cosmétiques naturels

Les consommateurs se préoccupent de plus en plus de la qualité des ingrédients et des processus de fabrication de leurs produits de beauté et d’hygiène. Des produits cosmétiques qui se présentent comme « naturels » ou« biologiques ». Ils revendiquent le respect de l’environnement et suscitent un certain engouement auprès du public.

Les stands de cosmétiques "naturels" ont connu un vrai succès pour cette première édition.

Ici, on apprend à fabriquer soi-même ses onguents de beauté. Présentant ses produits à base d'huiles essentielles et de cire d'abeille, une naturopathe partage ses recettes de cosmétiques. Pour fabriquer soi-même ses produits de beauté, un premier conseil : bien suivre les indications.

"C'est au gramme près, donc il faut avoir un peu de matériel, il faut une balance, des petits bains-marie pour faire fondre les cires d'abeilles ou les cires de riz par exemple", explique Florence Armagier, naturopathe de l'école Moyse Charas. 

Pour le reste, rien de très difficile. Et le résultat présente un avantage majeur : "on sait ce qu'on met dedans et c'est satisfaisant", explique Monique, une participante de l'atelier. "Utiliser que des produits naturels, sans avoir de produits chimiques qui soient ajoutés sans qu'on le sache, c'est bien", renchérit Sophia, une autre participante. 

 

Les plantes médicinales 

A l'extérieur aussi, les plantes médicinales ou aromatique sont à découvrir et à observer. 

"Il faut quand même faire attention quand on prend du thym de ne pas prendre de grosses quantités", explique Alain. Alain Renaux est ethnobotaniste. Il fait visiter ce jardin qu'il a lui-même conçu, avec l'envie de transmettre son savoir sur les plantes.

"On a envie de protéger. Une plante peut disparaître du jour au lendemain parce qu'on ne l'a pas vue, pas regardée. On a perdu le sens de l'observation. C 'est toujours vert, on est content, mais il faut protéger la nature", confie l'ethnobotaniste.

 

Des artisans 

Les journées de la biodiversité sont aussi un moment de convivialité et de découverte, où les artisans locaux régalent les papilles de produits de la nature. 

"Je viens de découvrir le gâteau à la châtaigne, c'est superbe. On a goûté un peu de vin, on va forcement prendre quelques bouteilles ou quelques produits locaux et sains", confie ce promeneur. "Ca manquait, ça anime d'abord le village, et ce sont des choses qu'on découvre en lien avec la nature", conclut cet amateur. 

Les "Journées de la Biodiversité en Cévennes" étaient l'occasion de se mettre au vert le temps d'un week-end. Et de repartir avec des idées plein la tête.  
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement santé société nature