Covid : le seuil d'alerte dépassé dans le Gers, la préfecture prend de nouvelles mesures de protection

Le Gers est désormais classé au niveau national en "zone alerte", du fait de la circulation active du virus dans le département, et ce, depuis le 20 septembre. Ce lundi, la préfecture a annoncé le renfort des mesures de protection face au virus, applicables jusqu'au 12 octobre. 

Un siège sur deux désormais condamné dans les stades, les gymnases mais aussi les lieux culturels.
Un siège sur deux désormais condamné dans les stades, les gymnases mais aussi les lieux culturels. © Nicolas Goisque/maxPPP
Vendredi 25 septembre, le taux d'incidence de nouveaux cas de Covid dans le Gers était de 118,9 pour 100 000 habitants. Le seuil d'alerte, qui est de 50 pour 100 000) est donc dépassé. Une hausse importante qui se traduit, selon la préfecture, par des contaminations sur des populations jeunes mais également "chez des personnes âgées qui sont plus vulnérables". Le département du Gers est donc classé en "zone alerte". 

La circulation du virus s'accélère

395 cas se sont déclarés depuis le 1er septembre : huit personnes sont actuellement hospitalisées, dont une en réanimation. Enfin, trois décès Covid-19 ont été constatés au mois de septembre : une femme de 75 ans vivant à domicile, un homme de 91 ans, résident d'un Ehpad, et une femme de 92 ans, elle aussi résidente d'un Ehpad mais décédée au centre hospitalier de Condom.

Autant d'indicateurs qui montrent que la circulation du virus s'accentue dans le département, selon la préfecture du Gers qui annonce ce lundi 28 septembre de nouvelles mesures de protection prises par arrêtés préfectoraux. 

Ce qui change

Du côté des établissements scolaires, il est désormais obligatoire de porter le masque aux abords des écoles, collèges et lycées, mais également de tout établissement accueillant des jeunes.

Dans les stades, les gymnases, les cinémas, les théâtres et tout autre lieu culturel, un siège sur deux est condamné. Et la préfecture annonce qu'il n'y aura aucune dérogation à la jauge maximale de 5 000 spectateurs. 

Au cours des rassemblements, de quelque nature qu'ils soient, il est maintenant interdit de vendre de la nourriture ou des boissons, sauf si celles-ci peuvent être consommées assis. 

Les fêtes privées également touchées

Dans les établissements recevant du public (ERP), les règles changent aussi. Salles des fêtes, chapiteaux, salles polyvalentes : on ne peut plus se réunir à plus de 30 personnes au cours des fêtes familiales ou privées. La règle concerne aussi les mariages.
Et contrainte supplémentaire, il est interdit d'y danser.

Des dérogations peuvent éventuellement être accordées sur le nombre de personnes accueillies, avec l'accord du maire concerné et seulement si les mesures suivantes sont garanties : port du masque, gel hydroalcoolique à disposition, tables de dix personnes maximum, distance d'au moins un mètre ET désignation d'une personne chargée de veiller au respect de ces règles, sorte de capitaine de soirée spécial Covid.

Applicables dès aujourd'hui et au moins jusqu'au 12 octobre, ces nouvelles mesures sont susceptibles d'évoluer, si la situation se dégrade, notamment chez les personnes âgées, nous précise la préfecture du Gers. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société