Législatives : le PS sauve un siège in extrémis dans le Gers

Le Gers reste l'un des départements les plus mobilisés de France. / © MaxPPP
Le Gers reste l'un des départements les plus mobilisés de France. / © MaxPPP

Dans le Gers, le PS garde un siège de député avec la réélection de Gisèle Biémouret, mais perd celui de la première circonscription : c'est le candidat En Marche! Jean-René Cazeneuve qui s'impose face au PS Francis Dupouey. Une première depuis 20 ans dans le département.

Par Delphine Gerard

Le Gers est un département toujours mobilisé pour les élections. Plus d'un électeur sur deux s'est déplécé pour voter, soit 7 points de moins qu'au 1er tour.
C’est un des rares départements où les deux candidats PS restaient qualifiés pour le second tour.

Le Parti Socialiste, qui tenait le département depuis 1997, perd donc sa suprématie dans le Gers. Le candidat d’En Marche Jean-René Cazeneuve est élu avec 59,25% sur la 1ère circonscription, qui regroupe Auch et Mirande.
Après les 24 % des suffrages obtenus par Emmanuel Macron lors du 1er tour de la présidentielle, cet ex du PS, vice-président de l’agglomération du Grand Auch confirme son avance du 1er tour. 
© France 3 Occitanie
© France 3 Occitanie


Une page se tourne pour le député PS sortant Philippe Martin. Ancien ministre et président du Conseil départemental, il ne se représentait dans la 1ère circonscription que comme suppléant de Francis Dupouey, candidat socialiste, conseiller départemental. Ce dernier n'avait obtenu que 16,98% des voix au 1er tour. Pour le PS dans le département, c’était déjà un mauvais score : en 2012, Philippe Martin avait été élu dès le 1er tour avec 52% des suffrages exprimés. En cinq ans, le Parti Socialiste a perdu un tiers de son électorat.



970 voix d'écart entre En Marche! et le PS

Sur la deuxième circonscription (celle du Nord du département),  Gisèle Biémouret (PS), la vice-présidente du conseil départemental est réélue et rempile pour un 3ème mandat. La candidate était en mauvaise posture. Elle affrontait le candidat LREM Christophe Soccio. Ce dernier, ex-président des jeunes UDI du Gers, avait rejoint En Marche en décembre 2016 après avoir perdu l’investiture de son parti. Gisèle Biémouret a 970 voix d’écart avec son concurrent. 

© France 3 Occitanie
© France 3 Occitanie




A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

A Toulouse, votre sapin de noël livré à vélo

Près de chez vous

Les + Lus