Muret : l'association “Prix du Jeune écrivain” reconnue d'utilité publique par le Conseil d'Etat

Marc Sebbah, Président du "Prix du jeune écrivain" / © MaxPPP
Marc Sebbah, Président du "Prix du jeune écrivain" / © MaxPPP

Elle attendait cette reconnaissance depuis des années. Cette association trentenaire, unique en France, obtient ainsi par décret notoriété et légitimité en récompense de son extraordinaire travail littéraire de découverte de jeunes écrivains francophones.

Par Michel Pech

Selon son président, Marc Sebbah, interrogé par France 3, cette reconnaissance d'utilité publique a, tout d'abord, un effet symbolique. "On nous reconnaît ainsi une légitimité et une notoriété dans le domaine de la littérature et de l'écriture".
"Elle permettra également d'obtenir davantage d'adhérents et de bénévoles, précise t'il, mais aussi la possibilité de recevoir des donations et des legs par acte notarié".

Créée en 1985 
Le premier Prix du jeune Ecrivain a été décerné en 1985. Aujourd'hui, l'association murétaine compte 225 membres côtisants dans toute la France et plusieurs centaines de lecteurs bénévoles qui lisent l'intégralité du millier de manuscrits venus du monde entier. 
Les auteurs candidats au Prix doivent avoir entre 15 et 27 ans et proposer un manuscrit de cinq à vingt pages.
C'est la seule organisation de lecture de France qui renvoie à chaque auteur une fiche de lecture avec des annotations et des critiques constructives sur chaque texte.

Une association appréciée et soutenue
La plupart des collectivités territoriales (Ville de Muret, Conseil Régional, Conseil Départemental, DRAC) lui accordent des subventions. D'autres revenus proviennent du mécénat privé  dont une fondation suisse et la MGEN. L'association reçoit également des dons de particuliers.

Vers de nouveaux horizons
Le trentième anniversaire a été fêté en 2014 à Toulouse et à Paris où une quinzaine de sociétaires de la Comédie Française ont lus publiquement des textes de Jeunes Ecrivains.
Une lettre électronique sera bientôt envoyée au plus grand nombre pour favoriser un nouveau déploiement. 
"Nous y retrouvons une nouvelle jeunesse. L'an prochain, nous saurons nous mettre sur notre 31" se réjouit Marc Sebbah.


Sur le même sujet

Les + Lus