• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Qu'y a-t-il de commun entre le braquage de Bessières et le casse du siècle à Nice en 1976 ?

Un policier retire une bouteille à oxygène des égouts de Nice le 20 juillet 1976. Suite au cambriolage de la Société Générale de Nice effectué par les égouts de la ville, les policiers ont récupéré tout l'arsenal utilisé pour le casse du siècle par le gang des égoûtiers dont le cerveau, Albert Spaggiari sera arrêté en octobre 1976 / © AFP
Un policier retire une bouteille à oxygène des égouts de Nice le 20 juillet 1976. Suite au cambriolage de la Société Générale de Nice effectué par les égouts de la ville, les policiers ont récupéré tout l'arsenal utilisé pour le casse du siècle par le gang des égoûtiers dont le cerveau, Albert Spaggiari sera arrêté en octobre 1976 / © AFP

Un tunnel, une opération minutieusement préparée, aucun blessé, un butin et des malfaiteurs qui disparaissent : le braquage du crédit agricole de Bessières ressemble beaucoup à celui de la société générale de Nice perpétré par Spaggiari et ses complices en 1976. 

Par Véronique Haudebourg

Bessières, mars 2014 : braquage au crédit agricole


Une semaine après la découverte d'un braquage au crédit agricole de Bessières, les enquêteurs ont la quasi-certitude que les auteurs du spectaculaire casse a un lien avec les incendies volontaires des deux centraux téléphoniques de la commune et de Villemur-sur-Tarn. Les cambrioleurs sont entrés par les égouts, puis ont percé un tunnel de 30 mètres pour parvenir à la salle des coffres de la banque. Une manière d'opérer qui a forcément demandé une organisation minutieuse et beaucoup de savoir-faire. Explications en vidéo.
Point sur l'enquête du casse de Bessières

 

Nice, juillet 1976 : le casse du siècle de Spaggiari

 

Le contexte du casse du siècle (source INA)

Le "casse du siècle" a lieu à Nice, avenue Jean Médecin, dans la salle des coffres de la Société Générale. Ce cambriolage suscite une panique parmi les clients de la banque, et un grand intérêt dans les médias.

Profitant du long week-end du 14 juillet 1976, des truands ont forcé 317 coffres de la banque et se sont emparés de plus de 5 milliards de centimes et de documents importants. L'opération a été minutieusement préparée, très à l'avance, par des hommes bien informés, notamment de l'absence d'alarme. Après avoir transporté leur matériel en bateau par les égouts, les voleurs ont percé une galerie de huit mètres de long depuis l'embouchure du Paillon jusqu'à la salle des coffres, où ils ont campé pendant deux jours et deux nuits. Ils ont pris le temps de choisir les coffres, de souder la porte de l'intérieur et de laisser un message écrit :

ni armes, ni violence et sans haine 


Tout prouve qu'il s'agit de professionnels : la qualité du matériel retrouvé, les techniques employées pour percer la galerie et le mur de béton, la ventilation du chantier. En octobre 1976, la police met la main sur vingt-deux "égoutiers" de la Société Générale, dont le " cerveau ", Albert Spaggiari, arrêté le 28 octobre.

Spaggiari, photographe de son état, très proche du maire de Nice Jacques Médecin, est connu pour ses idées néo-nazies ; parachutiste en Indochine, il a été condamné à plusieurs reprises pour hold-up et pour ses activités dans l'OAS. Ce gangster, présenté par les médias comme un héros, passe aux aveux, mais reste peu de temps sous les verrous. Interrogé sans menottes, il s'évade le 10 mars 1977 du Palais de Justice de Nice de façon spectaculaire. Il saute par la fenêtre du bureau du juge d'instruction, tombe six mètres plus bas sur le toit d'une voiture et s'enfuit avec l'aide d'un complice.

Ces milliards volés auraient été destinés à une organisation d'extrême-droite, la "Catena" qui devait se charger de les répartir entre divers groupes fascistes d'Europe. Une partie du butin a été retrouvée par la police, mais l'essentiel a disparu. La longue cavale de Spaggiari, condamné par contumace à la prison à perpétuité, atteint d'un cancer, s'achève par son décès en juin 1989 dans le nord de l'Italie. Toute l'affaire est marquée par une chaîne de complicités, une forte médiatisation et une atmosphère de compromissions politiques.

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus