Cet article date de plus de 7 ans

7 personnes hospitalisées à Toulouse pour un soupçon de coronavirus

7 personnes ont été hospitalisées vendredi soir à Toulouse pour un soupçon de coronavirus. Trois d'entre elles restent dimanche en observation à l'hôpital mais ne présentent pas de signes cliniques de gravité.

archives
archives © maxPPP
Sept personnes ont été hospitalisées vendredi à l'hôpital Purpan de Toulouse pour un soupçon de coronavirus. Six d'entre elles appartiennent à une même famille. La septième est une femme de 73 ans. Ce dimanche, seules trois d'entre elles restent en observation.

Six membres d'une même famille

Six personnes d'une même famille ont été hospitalisées vendredi soir, les grands-parents, les parents et leurs deux enfants. Les grands-parents sont rentrés le 28 octobre d'un voyage en Arabie Saoudite. Ils présentaient des signes respiratoires et une fièvre supérieure à 38 degrés. Le père de famille présentait lui des symptômes grippaux. Tous ont été admis au service des maladies infectieuses de l'hôpital Purpan et des prélèvements ont été effectués pour déterminer s'ils sont atteints du nouveau coronavirus désormais appelé coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV). Selon Dominique Soulié, le responsable de communication du CHU de Toulouse, les deux enfants et leur maman qui ne présentaient aucun signe clinique ont regagné leur domicile ce samedi avec des consignes strictes d'isolement. Leur père et leurs grands-parents restent en observation jusqu'au résultat des analyses attendues pour dimanche soir au plus tôt mais ils ne présentent "aucun signe clinique de gravité, ils ont placés en observation et non pas en réanimation".

Une septième personne hospitalisée

Une autre personne a également hospitalisée à Purpan pour un même soupçon de coronavirus. Il s'agit d'une femme de 73 ans qui revenait également d'un pélerinage à La Mecque. Elle a finalement quitté l'hôpital car elle n'était pas fébrile, ce qui selon les médecins invalide l'hypothèse d'un coronavirus.

Un dispositif de surveillance renforcé

Ces admissions à l'hôpital et cette surveillance des patients s'inscrivent dans du dispositif de surveillance du nouveau coronavirus mis en place par l'Institut National de Veille Sanitaire (INVS). Un protocole strict qui vise à surveiller étroitement les personnes revenant d'un voyage en Arabie saoudite, au Qatar, en Jordanie ou aux Emirats arabes unis et qui présentent ensuite des problèmes de santé pouvant évoquer un coronavirus.

Deux cas en France à ce jour

Seuls deux cas avérés de coronavirus ont été jusqu'ici identifiés en France. Le premier malade est mort le 28 mai 2013 alors qu'il était hospitalisé en réanimation à Lille. Le deuxième patient, qui avait aussi été mis en quarantaine, n'est aujourd'hui plus porteur du virus selon l'équipe soignante du centre hospitalier de Lille. Il est toujours hospitalisé, selon le ministère de la santé. Il avait partagé la chambre du premier malade et représentait ainsi un cas confirmé de transmission entre humains du virus.

Un numéro vert

Le ministère de la santé a mis en place un numéro vert, joignable gratuitement du lundi au samedi de 9 h à 19 h : 0800 13 00 00. Il est destiné aux personnes qui, après un voyage dans la péninsule arabique, présenteraient des symptômes respiratoires (toux, essoufflement et difficultés à respirer...) et de la fièvre dans les 14 jours suivant le retour ou après un contact rapproché avec une personne infectée par ce nouveau virus.
La maladie cause de pneumonie et d'insuffisance rénale, peut également se manifester d'abord par des symptômes gastro-intestinaux (diarrhée...).

145 cas de coronavirus dans le monde

Dans son dernier bilan du 29 octobre 2013, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) fait état d'un total de 145 cas dans le monde dont 62 décès depuis septembre 2012. L'OMS ne recommande pas de restrictions de voyage avec les pays concernés.
Le nouveau virus responsable de la maladie, désignée par l'OMS comme le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Middle East Respiratory Syndrome, MERS), appartient à la même famille que le virus responsable du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui avait fait près de 800 morts dans le monde en 2003.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé archives