A Toulouse, les équipes en charge de la mission Perseverance célèbrent l'atterrissage réussi sur Mars

Environ sept mois après avoir décollé, Perseverance, le rover de la NASA, a posé avec succès ses 6 roues ce 18 février 2021, date historique, dans le cratère Jezero, le site d'atterrissage le plus périlleux jamais tenté. Soulagement et joie à Toulouse pour les équipes en charge de la mission.

La toute première photo envoyée depuis Mars, par le rover de la NASA, Perseverance, qui a réussi son attérrissage dans le cratère Jezero le 18 février 2021
La toute première photo envoyée depuis Mars, par le rover de la NASA, Perseverance, qui a réussi son attérrissage dans le cratère Jezero le 18 février 2021 © HANDOUT / AFP PHOTO / NASA

Perseverance, le rover « relève » de Curiosity, a parcouru quelque 470,8 millions de kilomètres à travers le cosmos depuis son décollage de la Floride, aux Etats-Unis, en juillet 2020. Sept mois de périple couronnés de succès. Les ingénieurs de la NASA ont retenu leur souffle jusqu’à la dernière seconde. À vrai dire plus exactement surtout les 7 dernières minutes qui ont semblé une éternité aux équipes toulousaines ! 7 minutes avant de toucher le sol, après s'être séparé de l'étage de croisière qui lui a permis de faire le voyage depuis la Terre. 

Perseverance devait réaliser un atterrissage périlleux qui consiste à décélérer d'environ 20.000 km/h à 2,5 km/h sur les 150 derniers kilomètres ! 

En 2016, la dernière mission avait d’ailleurs échoué. Depuis 1971, 12 des 19 tentatives ont échoué. Il s’agit là d’un exploit que seule la NASA a réussi jusqu’à ce jour. 5 années de travail récompensées pour les équipes toulousaines qui ont participé au projet.

Une première photo

À peine arrivé sur le sol martien, Perseverance a envoyé une première « carte postale » à ses créateurs. Cette première photo d’une longue série a été prise dans le cratère Jezero.

« Bonjour le monde. Ma première vue sur la maison qui sera la mienne pour toujours », a tweeté le compte officiel du rover pour accompagner l'historique image en noir et blanc, sur laquelle on peut voir l’ombre du rover projetée au sol.

Le lieu d'atterrissage est le cratère Jezero. Ce n'est pas un hasard si la Nasa a choisi cet endroit. Les chercheurs pensent qu'il abritait un lac d'environ 50 kilomètres de large il y a plus de 3,5 milliards d'années. Les différents prélèvements que doit réaliser le robot  Perseverance sur Mars permettront de le confirmer. C’est la mission principale du robot de la Nasa : collecter des preuves de vie ancienne sur la planète rouge. Pour lui, l'aventure ne fait que commencer !

Soulagement, fierté et joie à Toulouse 

Après cinq années de dur labeur, les équipes toulousaines ont laché un "ouf" de soulagement et laissé s'exprimer leur joie.

Comme l'indique Marius Ferry, responsable adjoint de l’assemblage de SuperCam, la caméra haute-résolution pilotée en partie depuis Toulouse, l'atterrissage était périlleux : "C’est un grand soulagement, cet atterrissage est très risqué et il y a quasiment une chance sur deux pour que ça réussisse. On ne sait pas encore si tous les éléments ont résisté et si le rover est en bon état de fonctionnement mais on le saura dans les jours qui viennent."

"Au fur et à mesure, on va réveiller cet instrument". 

Marius Ferry, responsable adjoint de l'assemblage de SuperCam

 

Olivier Gasnault, chargé de recherches au CNRS à Toulouse, ajoute qu'"il est difficile d’atterrir avec la précision avec laquelle le fait la NASA pour atteindre des terrains intéressants d’un point de vue géologique. C’était un moment tendu, un évènement important dans la mission, tout comme l’était le lancement, maintenant le travail scientifique va pouvoir commencer. On va participer au pilotage de SuperCam, avec la NASA et les partenaires américains de Los Alamos. On va essayer de mieux comprendre le rôle de l’eau sur Mars et de savoir si la vie a pu voir le jour sur Mars".  

Il y a toute la partie "exploration humaine", en particulier l’analyse de l’atterrissage de Perseverance pour voir comment cela pourrait se passer avec une capsule habitée.

Olivier Gasnault, chargé de recherches au CNRS à Toulouse

Le rover va découvrir son nouvel environnement de vie et donner de ses nouvelles quotidiennement aux équipes toulousaines et américaines qui le pilotent en alternance et analysent les données reçues. Les premiers prélèvements de roche réalisés par Perseverance devraient commencer cet été. Les tubes scellés devront ensuite être rapportés sur Terre, à l'occasion d'une nouvelle mission, au début des années 2030.

Si vous souhaitez suivre Persévérance sur Mars, c'est par ici ! 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région occitanie espace culture sciences recherche