Art : quand la science se mêle à la photographie à Toulouse

Pour sa 5ème édition, la Résidence 1+2 "Photographie & Sciences" présente, ce 9 octobre, son expo à la Chapelle des Cordeliers, à Toulouse. 
1 "confinement artistique", 2 mois, et 3 photographes qui travaillent avec des scientifiques pour accoucher de leurs projets respectifs.
Base scientifique du Pic du Midi de Bigorre
Base scientifique du Pic du Midi de Bigorre © Emeric Lhuisset / Résidence 1+2
Comme chaque année depuis 5 ans, la résidence 1+2 a choisi pour son expo "Photographie et Sciences" trois photographes, un de renommée internationale et deux photographes émergeants. 
Un programme assez inédit qui croise le monde de l'art et celui de la science. C'est ce à quoi ont goûté pendant deux mois Emeric Lhuisset, Coline Jourdan et Lucia Peluffo, les lauréats du cru 2020.
 
Voir cette publication sur Instagram

[PHOTOGRAPHE 2020] COLINE JOURDAN - photographe émergente de notre édition 2020 sera exposée à la Chapelle des Cordeliers du 10/10 au 01/11 au côté des autres photographes 2020 Lucía Peluffo & Émeric Lhuisset - Vernissage sur invitation le 9/10 à 18h30 Toutes les infos : www.1plus2.fr • © Coline Jourdan / Résidence 1+2, 2020 - Soulever la poussière, Paysage de la colline de Nartau (arsenic à l’air libre) développée avec l’eau du Grésouillou passant en dessous. • Coline Jourdan est une photographe plasticienne née en 1993, à Lyon. Après ses études à l’École Nationale Supérieure d’Art et de Design de Dijon, elle intègre en 2018, Nos Années Sauvages, un collectif rouennais de jeunes artistes partageant une inquiétude commune face aux mutations de l’environnement. Ses projets photographiques engagent une réflexion sur la présence du toxique dans notre quotidien et sur ses impacts souvent imperceptibles. Elle se livre souvent à différentes manipulations chimiques qui troublent la surface de la photographie. En 2018, elle est lauréate du Prix d’Impression Photographique des Ateliers Vortex qui lui permet d’exposer au musée Nicéphore-Niepce à Chalon-sur-Saône. En 2019 et 2020, elle expose Les noirceurs du fleuve rouge au Festival La Gacilly et à la Fisheye Gallery. Elle fait partie des finalistes pour le Prix Mentor. Elle vit et travaille à Rouen. • Plus d’infos : www.colinejourdan.com • • #residencephotographique #photographie #photographer #photography #photographe #science #environnement #pollution #societe #mairiedetoulouse #cnrs #expophoto #colloque #photobook @co___jn @lulupeluffo @emericlhuisset @cnrs @ombresblanches @museumtoulouse @cinematheqtlse @toulousefr

Une publication partagée par Résidence 1+2 (@residence1plus2) le

Le mariage de l'art et la science pour ouvrir les consciences

L'ambition de l'exposition est notamment de : 
Voir cette publication sur Instagram

[ARTICLE] On célèbre la Photographie et les Sciences, cette semaine à Toulouse ! 📸🔬 Merci à la rédaction de Sciences et Avenir et Andreina De Bei pour cet article approfondi de notre édition 2020, nous sommes heureux de vous avoir à nos côtés ! 🙏 • À LIRE 👇 byt.ly/3jEYj8V « À Toulouse,sciences et photographie à la découverte du monde » • Avec Emeric Lhuisset, Coline Jourdan & Lucía Peluffo Mairie de Toulouse, CNRS, Muséum de Toulouse, Chapelle des Cordeliers & Belin l'Immobilier • Toutes les infos : www.1plus2.fr • © Emeric Lhuisset / Résidence 1+2, 2020 • • #residencephotographique #residence1plus2 #photography #photographie #photographer #photographe #art #artcontemporain #science #recherche #societe #environnement #pollution #expophoto #colloque #photobook #mairiedetoulouse #toulousemetropole #igerstoulouse #toulousemaville #scienceetavenir @emericlhuisset @co___jn @lulupeluffo @toulousefr @cnrs @museumtoulouse @sciencesetavenir @andreinadebei

Une publication partagée par Résidence 1+2 (@residence1plus2) le

Une marraine pour guider les photographes

Catherine Jeandel, océanographe, géochimiste et directrice de recherche au CNRS, est la marraine de l'édition 2020. Elle a travaillé en étroite relation avec les différents artistes ces derniers mois. Pour elle, l'intérêt de ce croisement de deux mondes est évident.
"Il n'est pas aisé pour les scientifiques de faire passer leurs messages parfois perçus comme perchés par les non-initiés. Les artistes sont des révélateurs" car pour être comprise, la production scientifique gagne à être transformée en émotion et en ressenti.

Dans les deux approches, nous sommes à la fois des chercheurs et des créateurs. Nous sommes des explorateurs d'une idée que l'on met en musique et qu'il faut rendre visible et audible aux yeux du grand public.

Catherine Jeandel, marraine de l'édition 2020


Cette complémentarité, Lucia Peluffo la fait ressortir avec sa série de photos intitulée "une tentative d'équilibre".
Son travail s'est concentré sur le corps humain, le sien en particulier. Avec l'aide des scientifiques, les cellules de son corps deviennent une photographie artistique.
 
Cellules au microscope
Cellules au microscope © Lucia Peluffo / Résidence 1+2

Emeric Lhuisset, un photographe engagé

A la veille de la présentation de leur travail commun, tous en conviennent, artistes et scientifiques se comprennent et s'apportent mutuellement. C'est ce que confirme Emeric Lhuisset, photographe reconnu internationalement. L'artiste est engagé et sa démarche se veut participative. 

Quand on lui a proposé cette collaboration, cet artiste, formé également en géopolitique, a tout de suite vu du sens dans ce projet. En pleine période de pandémie et de confinement, inspiré par le silence qui fige nos villes, il donne naissance à son projet intitulé "le bruit du silence" qui fait la part belle à la question du changement climatique.

Je souhaitais travailler sur la question de la protection de la planète et créer un symbole qui fédérerait les luttes pour la protection de la planète. J'ai choisi un drapeau bleu, avec un cercle découpé au milieu, pour représenter notre planète. Je voulais le photographier dans des lieux symboliques.

Emeric Lhuisset, photographe, Lauréat Résidence 1+2

Drapeau bleu percé en son centre photographié en pleine nature
Drapeau bleu percé en son centre photographié en pleine nature © Emeric Lhuisset / Résidence 1+2
Ce drapeau qui laisse passer la lumière, Emeric l'a immortalisé sur des sites qui symbolisaient pour lui les dérives de notre société. AZF représentant ainsi "les aberrations industrielles", le Pic du Midi "l'alerte écologique", ou encore un site de construction Airbus pour évoquer le rapport de l'Homme aux transports, invitant à une réflexion sur l'utilisation que ce dernier en fait.
 
Base scientifique du Pic du Midi de Bigorre dans la brume
Base scientifique du Pic du Midi de Bigorre dans la brume © Emeric Lhuisset / Résidence 1+2

De la même manière, l'artiste a travaillé sur le plastique, plus spécifiquement sur le sac plastique, qui est pour lui le "marqueur temporel d'une période révolue". Il a ainsi scanné un sac en plastique et l'a imprimé en 3D ... en céramique. 
 

L'idée était de faire un clin d'oeil aux sacs plastiques de l'Antiquité, les amphores. Il y avait des décharges d'amphores à l'époque des Romains!

Emeric Lhuisset, photographe, Lauréat Résidence 1+2


Le vernissage de l'expo a lieu ce vendredi 9 octobre à 18h30, en présence des artistes et de leur marraine. Elle est visible jusqu'au 1er novembre 2020, à la chapelle des Cordeliers (13 rue des Lois, metro Capitole).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
expositions événements sorties et loisirs art culture sciences