Au Muséum de Toulouse, les membres d'Extinction Rebellion se couchent pour éveiller les consciences

Les manifestants se sont couchés dans le hall du Muséum de Toulouse, la photo d'un animal éteint sur eux. / © E.Watt/FTV
Les manifestants se sont couchés dans le hall du Muséum de Toulouse, la photo d'un animal éteint sur eux. / © E.Watt/FTV

Les membres d'Extinction Rebellion ont organisé une opération surprise dimanche 13 octobre. À 15h30, ils ont investi le Muséum de Toulouse qui accueille actuellement l'exposition "Extinctions, la fin d'un monde ?". Et cherchent à alerter la population sur l'urgence climatique. 

Par M.D

Muséum de Toulouse, 15h30. En silence, une cinquantaine de personnes s'allonge dans le hall d'entrée. Beaucoup affichent une photo d'animal sur leur torse. Le point commun de ces espèces ? Toutes sont éteintes à cause de l'homme.
 

Opération coup de poing

Après Londres, Berlin, ou encore Paris, le mouvement Extinction Rebellion a donc gagné la Ville rose. Ces militants écologistes, connus pour leurs actions coup de poing, ont décidé d'occuper le muséum de Toulouse alors que celui-ci accueille l'exposition "Extinctions, la fin d'un monde ?" L'occasion idéale pour alerter les citoyens et les autorités de l'urgence climatique. 

À lire aussi : “Extinctions, la fin d'un monde ?” l'exposition du Muséum de Toulouse alarme sur la disparition des espèces vivantes
 

Militants novices ou expérimentés

Jeunes ou moins jeunes, femmes, hommes, de toutes classes et origines participent à l'opération. Certains militent déjà pour d'autres causes : comme une jeune femme déjà anticapitaliste et féministe. Mais pour elle, tous ces combats se rejoignent :

On ne peut pas changer notre écologie sans changer notre système de consommation ou notre rapport à l'autre. 

D'autres militent pour la première fois, comme cet enseignant-chercheur alerté par le rapport du GIEC : 

Écrire des rapports, des tribunes, tracer des courbes c'est bien, mais visiblement vu que la société ne bouge pas, il faut peut-être passer à d'autres moyens d'action. 

 

Un mouvement mondial

Le mouvement Extinction Rebellion est né en Angleterre en octobre 2018. Déçus par les politiques environnementales trop timides des gouvernements, ses membres militent pour que ceux-ci déclarent un état d'urgence climatique ou atteignent la neutralité carbone d'ici 2025. Depuis, Extinction Rebellion estime que des groupes de militants se sont formés dans plus de 70 pays. 

Ceux-ci organisent des actions de désobeissance civile: ils ont par exemple occupé le centre commercial Italie 2 à Paris le 5 octobre, ou la place du Châtelet pendant plusieurs jours.
 


Partout dans le monde, manifestations et blocages se multiplient. Le mouvement Extinction Rebellion n'est donc pas près de s'éteindre, même à Toulouse. 

 

Sur le même sujet

Les + Lus