Centres équestres et coronavirus : des établissements menacés par le confinement

"Une crise sans précédent pour l'équitation". Ces mots sont ceux du comité régional d'équitation d'Occitanie. Avec l'interdiction de recevoir du public, les structures sont, pour certaines, au bord de la faillite. Reportage dans un centre équestre de Colomiers, dans la banlieue toulousaine.

Le centre équestre Le Teinturier à Colomiers possède une soixantaine de chevaux. Malgré l'arrêt des cours, il faut toujours les nourrir et payer les autres charges.
Le centre équestre Le Teinturier à Colomiers possède une soixantaine de chevaux. Malgré l'arrêt des cours, il faut toujours les nourrir et payer les autres charges. © FTV/ Xavier Marchand
Les chevaux gambadent librement dans ces champs situés dans l'agglomération toulousaine. Bien loin de se douter des tracas que rencontre leur propriétaire, depuis le début du confinement. Aujourd'hui, leurs rateliers sont plein de foin. Mais pour combien de temps ?

Le bien-être animal est une philosophie au centre équestre Le Teinturier de Colomiers. Normalement, en cette période de vacances de Pâques, le centre fourmille. C'est la pleine période de stages équestres. Mais cette année avec le confinement tout a été annulé. Les soixantes chevaux sont donc en congés.
Ici, il n'y a pas d'animal en pension, donc pas d'autre source de revenus que les cours pour Xavier De Rodez, le propriétaire. Et aujourd'hui, il arrive à court de nourriture.



"Je ne cède jamais"


Malgré ses 11 hectares de terre utilisées pour la culture du fourrage, les stocks sont au plus bas. Il ne lui reste qu'à peine de quoi tenir un mois. A 75 ans, le propriétaire du centre équestre ne veut pas baisser les bras : "Nunca cedo", "je ne cède jamais", une devise qu'il ne cesse de répéter à ses élèves. 

"Je ne veux pas céder, je veux lutter, car eux, ils le méritent, confie-t-il en jetant un regard sur ses animaux. Me dire que ça pourrait s'arrêter, ça me fait mal. Je me dois d'être optimiste."

Alerté par la situation, un ami de Xavier de Rodez a lancé une cagnotte en ligne pour l'aider à récolter des fonds pour payer le fourrage de ses animaux et la paille pour les litières en attendant le déconfinement.
© Xavier Marchand/ FTV



Des mesures gouvernementales insuffisantes


Ces situations sont loin d'être isolées. Dans un communiqué, le comité régional d'équitation d'Occitanie par la voix de son président Jacob Legros décrit "une crise sans précédent pour l'équitation". Malgré la fermeture au public, les structures ont l'obligation de continuer les soins des animaux. Il existe un "risque de cheptels voués à l'abandon et à la malnutrition suite au manque de trésorerie des clubs." 
L'absence de trésorerie de nombre de centres est également souligné par le comité et la "TVA inadaptée" étant considéré comme "facteur aggravant".

Les mesures gouvernementales ne suffiront pas, elles ne sont pas adaptées à nos problématiques coûteuses.

Le comité demande par ailleurs la création d'un fonds équitation pour sauver les structures équestres de la faillite.
 
Le reportage d'Ophélie Le Piver et de Xavier Marchand
Centres équestres et coronavirus : des établissements menacés par le confinement ©FTV
Un numéro vert pour les structures en difficulté
Un numéro vert d’assistance aux structures d’Occitanie a été mis en place par le Comité Régional d'Équitation d'Occitanie :
  • 0805 386 456
Ce numéro est gratuit et fonctionne du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h. 
Pour expliquer les mesures gouvernementales, accompagner au montage des dossiers, ou s'informer de ses droits et démarches.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
équitation sport économie coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter