Des collégiens toulousains ont visité le camp d'internement des Milles, à Aix-en-Provence

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie Martin
Entre 1939 et 1942, le camp des Milles est devenu une antichambre d’Auschwitz.
Entre 1939 et 1942, le camp des Milles est devenu une antichambre d’Auschwitz. © France 3

Des élèves du collège Bellefontaine de Toulouse ont visité le camp d'internement des Milles, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), site-mémorial et seul grand camp français de déportation encore intact.

"Sujets ennemis", "étrangers indésirables", "Juifs" : ouvert en 1939 dans les bâtiments d'une tuilerie située entre Aix-en-Provence et Marseille, dans les Bouches-du-Rhône, le camp des Milles a vu passer plus de 10 000 internés originaires de 38 pays. Et est devenu une antichambre des camps de la mort. 

Il est aujourd'hui le plus grand camp d'internement et de déportation français resté intact et, à ce titre, est devenu en 2012 un Site-mémorial. L'éducation est au coeur de son projet. Montrer jusqu'où peut aller la haine de l'autre, donner des clés de résistance... Chaque année, des milliers de scolaires viennent le visiter.

La semaine dernière, ce sont 23 élèves du collège Bellefontaine de Toulouse qui ont fait le voyage. Un moment empreint de sérieux, d'étonnement et de tristesse. Un moment essentiel pour le corps enseignant de cet établissement qui a accueilli un jour un certain Mohamed Merah, meurtrier de sept personnes dont trois enfants, à Toulouse et Montauban, en mars 2012...

Voir ici le reportage de Jean-Manuel Bertrand et Gilles Guérin, de France 3 Provence : 

durée de la vidéo: 02 min 06
Des collégiens toulousains visitent le camp de déportation des Milles dans les Bouches-du-Rhône



En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.