Coronavirus : 16 salariés d'Altran à Toulouse remerciés à la fin de leur période d'essai

Au début du confinement pour lutter contre le Covid-19, 16 salariés d'Altran se sont vus notifiés d'un non-renouvellement de leur période d'essai. Une rupture de période d'essai non justifiée selon l'inspection du travail.

Le site de Blagnac d'Altran Technologies
Le site de Blagnac d'Altran Technologies © France 3
Le leader mondial de l'ingénierie Altran possède 3 sites dans la région toulousaine. En ce moment, 90 % des effectifs fonctionnent en télétravail.


"Je n'ai pas été jugé sur mes compétences"

Au début du confinement, une dizaine de salariés ont reçu une lettre recommandée leur signifiant que leur contrat ne serait pas renouvelé à l'issue de leur période d'essai. L'un de ceux qui a reçu ce courrier recommandé témoigne : "j'ai trouvé ça bizarre". La lettre lui notifie la rupture de la période d'essai, au motif qu'elle était "non-concluante".
"Sur quoi il se base, je ne sais pas. J'ai été embauché sur une mission, elle a été reportée d'un mois et demi. Je n'ai même pas été jugé sur mes compétences." Il regrette cette rupture de contrat qu'il juge abusive.

 


Une rupture qui n'est pas "juridiquement fondée"


Selon le syndicat CGT, certains salariés qui ont démissionné de leur ancien emploi pour venir travailler chez Altran se retrouvent sans droit au chômage. Charles Boury, délégué syndical explique que certains "se retrouvent dans une période difficile sans même avoir le droit au chômage," n'ayant pas cotisé suffisamment longtemps.

Saisie par un syndicat, l'inspection du travail a écrit à la direction d'Altran. Dans cet avis, elle décrit que la rupture de ces périodes d'essai n'est pas "juridiquement fondée".
En janvier 2018, la société Altran avait été condamnée en appel à payer près de 10 millions d'euros d'heures supplémentaires à 300 de ses ingénieurs. Sur ce nouveau dossier, la direction de l'entreprise n'a pour l'instant pas répondu aux sollicitations de nos journalistes.

Le reportage de Laurent Dubois et Régis Guillon :
 
Coronavirus : 16 salariés d'Altran se voient remerciés à la fin de leur période d'essai
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie coronavirus/covid-19 santé société