Coronavirus : à pied, en vélo, en trottinette... et en voiture, le 1er jour du masque obligatoire à Toulouse

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie Martin
Toulouse est la première grande ville de France à imposer le port du masque généralisé.
Toulouse est la première grande ville de France à imposer le port du masque généralisé. © Valentine Chapuis/MaxPPP

Ce vendredi 21 août marque le début du port du masque obligatoire dans toute la ville de Toulouse. Une nouvelle règle qui concerne toute la population, à partir de 11 ans, que vous soyez à pied, en vélo, en deux-roues... et même en voiture, si vous n'êtes pas seul. 

Cela devrait durer au minimum un mois. Alors que les indicateurs montrent une circulation active du virus en augmentation en Haute-Garonne, et particulièrement à Toulouse, la décision a été prise de généraliser à toute la ville le port du masque obligatoire

La mesure est en vigueur depuis ce vendredi 21 août, 7 heures. Et elle concerne tout le monde ou presque. Que vous soyez à pied, en vélo, en trottinette, vous devez porter un masque. Même dans la voiture, il est obligatoire si vous transportez ne serait-ce qu'un passager. Seule exception donc, un conducteur seul peut tomber le masque, à condition de rouler vitres fermées.
Bien entendu, les règles mises en place dans les lieux clos restent en vigueur.

La pédagogie avant la répression

Très contraignante, cette nouvelle mesure de protection de la population face à l'épidémie de coronavirus est diversement appréciée. Et respectée. En ce premier jour du port du masque obligatoire et généralisé, c'est encore la pédagogie qui prévaut, du côté des forces de l'ordre. Mais ça ne va pas durer et il en coûtera 135 euros d'amende à tout contrevenant.   Voir le reportage de Marius Blenet et Karen Cassuto, de France 3 Occitanie :
1er jour du port du masque obligatoire et généralisé à Toulouse


 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.