Enlèvement de Mia : un ancien homme politique de Haute-Garonne soupçonné d'être impliqué

Une semaine après l'enlèvement de la jeune Mia, les enquêteurs ont un individu dans le collimateur: Rémy Daillet- Wiedemann, ancien membre du Modem 31. Il est soupçonné d'avoir inspiré, voire même financé, l'enlèvement de la petite fille. Qui est cet homme? Eléments de réponse.

Photo de profil du compte Facebook de Rémy Daillet-Wiedemann intitulé "Alerte coup d'Etat mondial"
Photo de profil du compte Facebook de Rémy Daillet-Wiedemann intitulé "Alerte coup d'Etat mondial" © Facebook

Son nom est revenu à plusieurs reprises lors des interrogatoires des ravisseurs de Mia. Selon plusieurs médias, Rémy Daillet-Wiedemann aurait inspiré, voire même financé le kidnapping de la petite fille. 

Installé depuis plusieurs années en Malaisie, cet homme de 55 ans n'est pas un inconnu en Haute-Garonne. Adhérent puis chef de fil du Modem 31 de 2007 à 2010, il avait intégré le mouvement au moment de sa création. 

Très vite son comportement éveille des soupçons 

"Fils d'un ancien député et secrétaire d'Etat, il  avait tout pour plaire", se souvient Laurent Esquenet, délégué départemental du Modem 31. 

Mais très vite, Rémy Daillet-Wiedemann éveille les soupçons des autres membres du bureau local. Père de 7 enfants, le jeune politicien affiche des idées conservartrices loins des valeurs centristes. 

Catholique convaincu, il avait des positionnements radicaux, pro-famille traditionnelle.

Laurent Esquenet, délégué départemental Modem 31

 

Au sein du Modem 31 on se souvient aussi d'une rumeur qui courrait à son sujet. Rémy Daillet-Wiedemann aurait participé au conflit armé en Bosnie-Herzogovine contre les musulmans. Une information qu'il avait démentie. 

Des idées radicales et complotistes

Mais son comportement continue de déranger. En 2009, il décide seul de mener une grève du froid en soutien aux salariés de Molex. En plein hiver, il déambule devant l'usine en chemisette, par un température de 5°degrès " Même les syndicats n'adhéraient pas à son action", se remémore le chef de fil actuel du Modem en Haute-Garonne. 

Action que nous avions à l'époque filmée. Voici le reportage tourné en 2009. 

durée de la vidéo: 01 min 46
Rémy Daillet-Wiedemann en 2009 soutient les salariés de Molex à Villemur-sur-Tarn en Haute-Garonne

Un comportement radical qui s'est amplifié au fil des années. Exclu du Modem 31 en 2010, Rémy Daillet-Wiedemann disparaît des radars dans notre région. Mais sur les réseaux sociaux, l'homme affiche des idées complotistes et ses vidéos ont un certain succès.

 "Moi, je ne suis que le pasteur qui se porte au devant des loups. Regardez, les mauvais ont été promus et les bons rabaissés ! C'est un système généralisé de la subversion", peut-on entendre dans l'un de ses films. 

Sur facebook, on trouve plusieurs pages à son nom, intitulées "Pour le renversement du gouvernement français" ou encore "Pour un coup d'état pacifique et légitime."

 

 

Quel rôle cet homme a-t-il joué dans l'enlèvement de la petite Mia ? L'a-t-il seulement inspiré ou carrément financé? 

Un mandat d'arrêt international a été lancé par le juge d'instruction en charge de l'affaire. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société politique