Gilets jaunes, “milice armée” : ce que le preneur d'otages de Blagnac a dit dans ses vidéos et messages

Capture d'écran d'une vidéo publiée par le preneur d'otage
Capture d'écran d'une vidéo publiée par le preneur d'otage

Le jeune homme au profil psychologique fragile qui a pris 4 personnes en otage mardi après-midi dans un bureau de tabac de Blagnac près de Toulouse a publié plusieurs vidéos et laissé un message d'explication de ses actes. 

Par Fabrice Valery

Ecoutez, ça va être très simple. Dans ce sac, y a des armes. Très bien. Là j'en ai une. J'ai des otages. Très bien.


Dans une des vidéos, diffusées sur les réseaux sociaux au début de sa prise d'otages dans le bureau de tabac de Blagnac, Yanis D. le jeune preneur d'otage de 17 ans a montré une arme de poing, de type pistolet semi-automatique (mais qui s'est avéré être un pistolet d'alarme), un sac à dos noir dans lequel il indiquait avoir d'autres armes et ses otages, 4 femmes, qu'il finira par libérer dans la soirée, avant d'être lui-même "cueilli" en douceur par les policiers du RAID.

Dans une seconde vidéo, il raconte qu'il a tiré en l'air, "deux coups" pour faire reculer les policiers qui installaient alors un cordon de sécurité. "C'est pas une blague", poursuit-il.

"Une milice armée" 

Dans cette vidéo, il indique avoir été "recruté par une milice (...) une milice armée qui cherche que l'Etat soit plus juste". Et promet que l'on connaîtra le nom de cette milice "dans quelques jours".

Le jeune homme parle alors d'une voix sûre, avec des phrases courtes. Il commente sa vie en direct. Ses otages paraissent calmes. 

Une lettre à son domicile avec une référence aux Gilets jaunes

Qu'est-ce qui a donc pu motiver ce jeune garçon qui aura 18 ans au mois de juin, connu jusqu'à présent pour des menus larçins et une interpellation après une manifestation de Gilets jaunes à Toulouse en décembre dernier ?

A son domicile, les enquêteurs ont découvert une lettre. Une lettre dans laquelle, il affirme être "le bras armé des Gilets jaunes". 

Selon nos informations, il y précise qu'il fera "tout pour que les Gilets jaunes gagnent leur bataille". Une référence aux Gilets jaunes confirmée dans la soirée par le procureur de la République, Dominique Alzéari, qui a indiqué que le jeune homme y avait fait "allusion".

L'adolescent indique aussi ne pas être un terroriste et ne pas vouloir faire du mal.

"Ma maladie"

Surtout, les autorités, procureur et préfet de la Haute-Garonne, ont fait part de l'état de santé, fragile du suspect. Ils ont parlé devant la presse d'un garçon "dépressif". 

Lui-même, dans le courrier laissé à son domicile, fait état de "(sa) maladie", qui semble lui peser. 

Son état psychologique est-il l'élément déclencheur de son passage à l'acte ? Dans son état, a-t-il  voulu se "raccrocher" aux revendications des Gilets jaunes pour être un instant dans la lumière ? 

L'enquête qui démarre devra répondre à ces questions. 

Pourquoi nous ne relayons pas ces vidéos

Contrairement à d'autres médias nous avons choisi de ne pas montrer les vidéos du preneur d'otages dans cet article, mais seulement de rapporter ses propos en les contextualisant.
La raison principale c'est que l'on y voit les otages, sous la contrainte. Même si ces personnes n'ont pas été maltraitées, elles se trouvent sous la menace d'une arme et dans une situation dégradante.
Respectueux des victimes, nous avons choisi de raconter cette histoire plutôt que de montrer ces vidéos qui peuvent être considérées comme dégradantes.

Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus