• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Ils prennent la défense d'un passager : easyJet refuse de les embarquer sur le vol Toulouse-Genève

© MaxPPP
© MaxPPP

C'est une drôle d'histoire qu'ont vécu certains passagers du vol Toulouse-Genève du 13 mai. Pour avoir pris la défense d'un passager à qui le personnel reprochait la taille de sa valise, ils ont été refoulés de l'avion et conduits au poste de police. La compagnie parle de "comportement agressif"

Par Fabrice Valery

Un passager d'un avion a-t-il le droit se mêler de ce qui ne le regarde pas ? Apparemment, chez easyJet, la réponse est non. C'est en tout cas la conclusion que tirent plusieurs passagers du vol EZY-1474 Toulouse-Genève du 13 mai dernier, qui ont été refoulés pour avoir pris la défense d'un autre passager. Leur réaction était particulièrement "agressive" indique la compagnie qui confirme l'incident et réfute toute accusation de racisme, le passager défendu par les voyageurs étant d'origine africaine.

Entêtement et acharnement

L'histoire, racontée par l'un des passagers refoulé, commence vers 18 heures le 13 mai lorsqu'il se présente à l'embarquement du vol à l'aéroport Toulouse-Blagnac, carte d'embarquement en main. Un pasteur qui vient de passer trois jours en Midi-Pyrénées et regagne la Suisse. Il indique qu'au moment d'embarquer, un homme (d'origine africaine précise le pasteur, et ne parlant qu'anglais) se voit reprocher par le personnel d'easyJet la taille de sa valise, trop grande pour entrer en cabine. Pourtant, selon lui, d'autres passagers sont passés avec des valises tout aussi grandes. Le pasteur fait part du malaise parmi les passagers en raison de "l'entêtement et de l'acharnement" de l'équipe d'easyJet.

"Il va falloir casser les roulettes de votre valise"

Un membre d'easyJet demande alors à l'homme de "casser les roulettes de sa valise" pour gagner les quelques centimètres qui dépassent ! Des passagers choqués, dont le pasteur, interviennent alors. Ils sont quatre, selon lui, à ne pas vouloir embarquer tant que l'homme n'aura pas été autorisé à monter dans l'avion. 

Circulez y a rien à voir !

Ces passagers sont alors rudement repoussés par le personnel d'easyJet qui leur demande de "circuler". La tension monte. Des passagers filment la scène mais le personnel leur demande d'effacer les images. Finalement, le passager et sa valise sont autorisés à monter dans l'avion et l'homme remercie ceux qui l'ont aidé. Fin de l'histoire ?

Pas tout à fait ! Le chef d'équipe bloque en effet l'accès à l'avion aux quatre passagers "solidaires" et appelle la police. Les cartes d'embarquement sont confisquées et leurs bagages retirés de la soute. Les policiers emmènent les quatre passagers au poste de police de l'aéroport de Toulouse.

"Vous êtes pasteur ? Prouvez le moi !"​

L'histoire continue quand une policière demande au pasteur de lui prouver qu'il l'est bien (il est missionnaire au Cambodge). Puis l'atmosphère se détend. L'avion étant parti sans eux, les passagers prennent un taxi pour la gare Matabiau. Mais pas de train pour Genève à cette heure-ci. Il faudra une nuit d'hôtel et une journée de voyage supplémentaire.

"Comportement agressif" selon easyJet

Nous avons contacté le service de presse d'easyJet à propos de cet incident. Pour la compagnie, la réaction des passagers a été disproportionnée, particulièrement "agressive", ce qui a conduit l'équipe au sol à demander l'intervention de la police. "Face au comportement extrêmement agressif de 4 passagers lors de l'embarquement du vol EZY 1474 entre Toulouse et Genève, indique un porte-parole de la compagnie, le personnel a du leur refuser l’accès a bord et recourir aux forces de police, conformément aux procédures de sécurité que la compagnie aérienne suit toujours scrupuleusement.
Le pasteur, interrogé par France 3 Midi-Pyrénées, conteste cette qualification d'agressivité et reconnait avoir "haussé la voix" pour se faire entendre.

Pour easyJet, pas de comportement raciste

Selon le porte-parole d'EasyJet la compagnie rejette également "formellement toute accusation de racisme et tient à rappeler que les consignes d'emport de bagages figurent dans les Conditions Générales de vente, portées à la connaissance des passagers et soumises à leur validation avant toute réservation". Pour le pasteur, il est de toute façon impossible de connaître les motivations intimes de chacun des personnels de la compagnie mais il interprète son expulsion de l'avion "pour nous punir d'avoir gâché leur plaisir à faire souffrir ce pauvre homme"

"Je ne regrette pas"

Le pasteur qui dit ne pas regretter d'être intervenu ni d'avoir exprimé son mécontentement "pour la façon dont un homme, qui a eu le malheur d'avoir une valise de 3 cm trop longue, a été traité". Avant de conclure : "Cet homme de couleur n'a peut-être pas su ce qui est arrivé aux 4 qui ont pris sa défense. Lui a-t-on dit pourquoi nous n'avons pas pu prendre l'avion ?". Question restée pour le moment sans réponse.

Sur le même sujet

Hérault : une fillette de 20 mois et sa mère retrouvées mortes aux Rives

Les + Lus