Intel annonce la fermeture de son site de Toulouse en 2017

Publié le Mis à jour le
Écrit par LB
Intel emploie 280 personnes sur le site de Basso Cambo à Toulouse.
Intel emploie 280 personnes sur le site de Basso Cambo à Toulouse. © Max PPP

Les salariés d'Intel à Toulouse l'ont appris mercredi : la société prévoit de fermer son site toulousain en 2017. Elle y emploie 280 personnes.

C'est un coup de massue pour les salariés du site Intel de Basso Cambo à Toulouse. Après avoir annoncé en avril dernier vouloir faire du site toulousain un pôle mondial de recherche, Intel a finalement décidé de le fermer purement et simplement. Les 280 salariés toulousains l'ont appris mercredi au lendemain d'un comité d'entreprise du groupe.

Le plus grand plan social de l'histoire d'Intel

En avril dernier, Intel a annoncé le plus grand plan social de son histoire. Le géant informatique prévoyait alors de supprimer 12 000 emplois dans le monde d'ici mi 2017, soit 11% de sa main d'oeuvre. A cette occasion, le groupe avait créé la polémique dans l'Hérault en annonçant sa décision de fermer son centre de recherche et développement installé à Montpellier grâce à de nombreuses subventions et de déménager à Toulouse son équipe d'une cinquantaine de salariés pour renforcer son pôle de recherche toulousain. 

750 emplois supprimés en France

Les représentants du personnel ont appris mardi au cours d'un comité d'entreprise du groupe que près de 750 postes allaient être supprimés en France :
  • 280 postes à Toulouse.
  • 400 postes à Nice.
  • 40 postes Aix-en-Provence.
  • 20 postes à Nantes.
Mustapha Aqachmar, délégué syndical CFE-CGC sur le site de Sophia antipolis à Nice, parle d'un "mercenariat" et "d'un vampirisme des savoir-faire" exercé par Intel. Dans le cadre du Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) mis en place par l'entreprise, les salariés pourraient se voir proposer des postes à l'étranger, sur d'autres sites du groupe.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.