Le premier ministre éteint la polémique sur la Ligne à grande vitesse lancée par J-L.Moudenc et C.Delga

Mercredi 28 avril, dans un courrier, Jean Castex confirme l'engagement de l'Etat de financer le projet de ligne à grande vitesse (LGV) du sud ouest à hauteur de 4,1 milliards d'euros. Une façon d'éteindre la polémique lancée par le maire de Toulouse et la présidente de la région Occitanie.

Le projet de Ligne à grande vitesse est attendue depuis 30 ans dans le Sud-ouest.
Le projet de Ligne à grande vitesse est attendue depuis 30 ans dans le Sud-ouest. © GUILLAUME SOUVANT / AFP

"Dès le début du quinquennat, le Gouvernement a inscrit, dans la loi d'orientation des mobilités du 24 décembre 2019, un financement du projet de ligne à grande vitesse du sud-ouest (GPSO) à parité entre l'Etat et les collectivités, ce qui représente un engagement de l'Etat de 4,1 milliards d'euros. Je vous confirme cet engagement." Ces quelques lignes proviennent d'un courrier adressé, mercredi 28 avril, par le Premier Ministre à la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, et au maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc. Courrier que France 3 Occitanie a pu consulter.

Une façon pour Jean Castex d'essayer d'éteindre la polémique lancée durant le week-end par les deux élus Toulousains. 

Coup de gueule de Jean-Luc Moudenc et Carole Delga

Dans une déclaration commune, consultable dans le tweet ci-dessous, le maire de la ville rose et la candidate du Parti socialiste aux prochaines élections régionales réclament à "l'Etat l'équité territoriale pour développer la LGV sur notre territoire". "Nous avons appris avec un grand étonnement qu'un accord avait été trouvé entre l'Etat et les collectivités concernées pour le financement, à hauteur de 3,5 milliards d'euros de la Ligne Nouvelle Provence-Côte d'Azur (LNPCA) alors même que le grand projet ferroviaire du sud-ouest (GPSO), beaucoup plus avancé, n'est toujours pas accompagné d'un financement officiel de l'Etat".

Le premier Ministre leur répond que le projet GPSO est "aujourd'hui le plus avancé de toutes les lignes ferroviaires à grane vitesse en France, car déclaré d'utilité publique en 2016."

Le projet LGV Sud-Ouest pas désavantagé ?

Quant au financement de la ligne Nouvelle Provence-Côte d'Azur, Jean Castex précise qu'il est "identiques à celles du GPSO".

Une façon de dire "circulez, il n'y a rien voir !" dans cette affaire. Mais le locataire de Matignon tient à préciser qu'il a néanmoins "décidé l'accélération de la section Montpellier-Béziers. Ainsi l'enquête publique commencera avant la fin de l'année 2021, ce qui permettra de déclarer l'utilité publique en 2022. La clé de financement sera la même que celle des autres lignes". Une annonce qui devrait satisfaire le plus grand nombre en cette période de campagne électorale.

D'ailleurs en fin d'après-midi, Carole Delga et Jean-Luc Moudenc ne cachaient pas leur satisfaction remerciant, Jean Castex "pour sa diligence et son efficacité". Les deux élus d'Occitanie ne comptent pourtant pas en rester là : "cette nouvelle étape franchie, nous souhaitons désormais que l’engagement pris soit scellé par la signature d'un accord formalisé entre l'Etat et les collectivités locales. Et nous serons particulièrement vigilants à ce que le calendrier accéléré, annoncé ce jour dans la presse, soit tenu par l’État et la SNCF." 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie finances