Les syndicats FSU et CGT se préparent à accueillir Emmanuel Macron lors de sa visite à Toulouse

Un appel à manifester de la FSU et de la CGT a été lancé pour accueillir le président de la République Emmanuel Macron, qui doit se rendre ce vendredi au CNES (Centre national d'études spatiales) de Toulouse à l'occasion du tout premier exercice militaire spatial.

Emmanuel Macron à Toulouse en 2017
Emmanuel Macron à Toulouse en 2017 © MaxPPP / Thierry Bordas

"Nous venons d’apprendre la venue du Président de la République sur le campus de l’Université Paul Sabatier et au CNES. Nulle publicité n’a été faite autour de cette visite afin, sans doute, que nul ne la perturbe. Cette visite semble visiblement être liée à la célébration de l’excellence de la recherche scientifique française mise en visibilité par l’arrivée sur Mars de Persévérance", annonce jeudi le syndicat enseignant FSU dans un communiqué.


"De la persévérance les salarié.es de l’aéronautique et de l’espace, les chercheurs.ses et les étudiant.es en auront aussi pour dire à Macron que sa politique de casse de l’Université de la recherche est inacceptable", explique le syndicat. "Ce n’est pas l’annonce par la fantomatique ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, du gel des droits d’inscriptions qui vont faire oublier son inexistence dans la prise en charge des difficultés des étudiant.es qui s’enfoncent chaque jour davantage dans une crise scolaire, sociale et psychologique", explique la FSU.

"Ils ont dû suivre des cours depuis chez eux parfois dans le plus grand dénuement, ne trouvent plus les stages nécessaires à la validation de leur cursus, ont perdu leur travail alimentaire. Les boursier.es ont eu droit à 150 euros et au repas à 1 euros, loin du minimum indispensable et de la revendication du RSA jeune portée par les organisations syndicales et de jeunesse", poursuit l'organisation syndicale.

"Il faut redonner des moyens à l'Université"

Selon elle, il faut donc "redonner des moyens à l’Université et cesser d’étrangler la recherche en la livrant au bon vouloir des financements privés". "Nous aurions dû avoir un vaccin produit par l’excellence de la recherche française sans passer par les tarifs et les brevets de l’industrie pharmaceutique. Mais pour cela il faudrait que Macron ne soit pas le président des riches et des actionnaires, et que Vidal ne mette pas en œuvre la réforme LPR", ajoute-t-elle.

Appel à manifester à 10 h devant l’entrée de l’université Paul Sabatier

Pour la FSU et la CGT, qui appellent "les étudiant.es, les chercheur.ses et les salariè.es du privé et du public" à manifester ce vendredi 12 mars à 10 h devant l’entrée de l’université Paul Sabatier, pour "dire non à la politique de casse économique et sociale d’Emmanuel Macron",  "c’est l’emploi qu'il faut augmenter et non les marges de profit des plus riches.

La CGT insiste sur "les suppressions massives d'emplois dans tous les secteurs et notamment notre industrie de pointe fortement présente dans notre région". Il s'agit pour le syndicat d'"un scandale d'Etat portant atteinte à la souveraineté nationale par le démantèlement de l’appareil productif. " "Il en est de même de nos services publics.  Notre jeunesse qui fait la queue devant la banque alimentaire et les associations pour survivre, c'est un recul de l'humanité de plus d'un siècle, c'est criminel!", poursuit la CGT. "Ces derniers jours, rappelle-t-elle, après Bosch en Aveyron, la dernière en date est T Systems à Toulouse, une filiale du groupe Deutsche Telekom , elle laisse tous les salariés sur le carreau en ne  renouvelant pas son contrat avec Airbus qui de son côté, va délocaliser cette sous traitance informatique en Inde".

Le premier exercice de défense spatiale en Europe

Au CNES, le chef de l'Etat, accompagné de la ministre des Armées Florence Parly, doit préside une réunion de travail sur la stratégie spatiale au sein du commandement de l'Espace. Il rencontrera les opérateurs engagés sur la mission AsterX 2021, premier exercice de défense spatiale du genre en Europe, auquel sont associés l'Allemagne, l'Italie, et les Etats-Unis. La France mène ce premier exercice pour évaluer ses capacités de protection de ses satellites et de surveillance dans un espace de plus en plus militarisé, devenu le théâtre de confrontations entre puissances.

Dans l'après-midi, Emmanuel Macron se rendra au Centre d'entraînement et de formation du 4ème Régiment de la Légion Etrangère à Saint-Gaudéric, où il remettra à cinq légionnaires leur décret de naturalisation, "symbole de leur parcours d'intégration au sein de la Légion, de l'armée de Terre et enfin de la Nation", selon l'Elysée.

Emmanuel Macron de nouveau dans la région lundi

Lundi, Emmanuel Macron sera de nouveau dans la région pour accueillir le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez à Montauban pour le 26e sommet franco-espagnol consacré notamment à la lutte antiterroriste et à la relance économique.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emmanuel macron politique