Municipales de Toulouse : la fragile alchimie de la liste du collectif Archipel Citoyen

La démarche d'Archipel Citoyen vise notamment à inciter les électeurs de gauche abstentionnistes à se mobiliser à nouveau lors de cette élection. / © BELPRESS/MAXPPP
La démarche d'Archipel Citoyen vise notamment à inciter les électeurs de gauche abstentionnistes à se mobiliser à nouveau lors de cette élection. / © BELPRESS/MAXPPP

Le collectif Archipel Citoyen vient de publier 100 noms de personnes qui composeront sa future liste aux municipales de Toulouse.  Parmi les candidats retenus : des personnes sans expérience politique côtoient des militants encartés dans des partis traditionnels. Une fragile alchimie.

Par Sylvain Duchampt

Une pincée de candidats volontaires. Une dose de candidats plébiscités. Un saupoudrage de candidats tirés au sort. Le collectif Archipel Citoyen espère que sa "recette" électorale sera assez équilibrée et au goût des électeurs de gauche, pour, pourquoi pas, arriver à récupérer la mairie de Toulouse à Jean-Luc Moudenc. 

Au début du mois d'octobre, une étape importante a été passée : une liste de 100 noms a été publiée, regroupant 50 femmes et 50 hommes, potentiels candidats, désignés par un grand vote sur internet, ayant réuni plus de 3000 votants.
 
Pour être désigné sur la liste d'Archipel Citoyen, il fallait être soit candidat, soit avoir été plébiscité ou bien tiré au sort. / © FTV
Pour être désigné sur la liste d'Archipel Citoyen, il fallait être soit candidat, soit avoir été plébiscité ou bien tiré au sort. / © FTV

Un processus démocratique, transparent et inclusif

Cette démarche innovante et "horizontale", lancée il y a deux ans et soutenu par EELV et la FI, veut mettre le collectif en avant, pour apporter un nouveau souffle démocratique. Le but : permettre aux Toulousains d'avoir les moyens de décider par eux-même :

La démocratie ne se décrète pas, elle s’apprend pas à pas, alors plutôt que de promettre de changer les choses APRES les élections, commençons tout de suite avec un processus de désignation démocratique, transparent et inclusif  

explique Archipel Citoyen sur son site
 

Récupération politique ?

Le processus doit aboutir à la sélection définitive de 46 noms après avoir "affronté" un grand jury, composé de citoyens ou de personnalités plébiscitées n'ayant pas voulu se présenter, à partir du 19 octobre prochain.

Parmi les 100 personnalités désignées sur la liste, beaucoup d'inconnus; de simples citoyens, non encartés, issus du monde associatif ou ayant décidé de s'engager pour la première fois en politique. Mais à leurs côtés, également beaucoup de militants issus des partis traditionnels : EELV, France Insoumise, Parti Socialiste.

Cette présence prête le flanc aux critiques de ceux qui voient en Archipel Citoyen une tambouille politicienne, sous couvert de démocratie participative, pour constituer une liste "gauche plurielle" des partis traditionnels sans en avoir l'air.

Nous avons rencontré trois de ces candidats. Trois personnes aux profils différents. Un médecin. Une avocate. Une psychologue. Jean-Louis Ducassé, Claire Dujardin et Dominique Muti. Chacun a son vécu, son (in)expérience et ses motivations. Voici leurs interviews.

Jean-Louis Ducassé


Claire Dujardin

Dominique Muti : 

Les candidats sans expérience politique et issus de la société civile, présents sur  la liste des "100 noms" espèrent désormais ne pas être uniquement la "cerise" sur le gâteau" que se partageraient les partis politiques traditionnels. 

Sur le même sujet

Réactions d'usagers des finances publiques de l'Hérault

Les + Lus