Sans neige dans les Pyrénées, Luchon fait grise mine

Des sommets en altitude sans neige en plein hiver. Les professionnels de Luchon n'ont pas vu ça depuis 20 ans. Tous attendent l'arrivée du froid avec impatience. / © France 3 Occitanie
Des sommets en altitude sans neige en plein hiver. Les professionnels de Luchon n'ont pas vu ça depuis 20 ans. Tous attendent l'arrivée du froid avec impatience. / © France 3 Occitanie

La neige manque et les Pyrénées font grise mine. Les vacanciers sont là mais évidemment ils ne skient pas. A Luchon par exemple, certains commerces accusent une perte d'un tiers de leur chiffre d'affaire.

Par SD avec AFP

"On est forcément un peu inquiets": Faute de neige, la plupart des stations de ski des Pyrénées tournent au ralenti lors des vacances de Noël et comptent désormais sur une bonne fréquentation les trois prochains mois pour sauver leur saison.

Les Pyrénées : 10% du marché du ski en France

 "On a eu des hivers problématiques, mais là, même en altitude, il n'y a rien. De mémoire, ça fait au moins 20 ans que ça n'est pas arrivé. On attend le froid avec impatience", indique Jean-Claude Dupla, le directeur de Saint-Lary-Soulan (Hautes-Pyrénées), dont la station n'a pu ouvrir que 4 pistes sur 56.
Seules 13 stations, sur la trentaine que comptent les Pyrénées françaises, ont partiellement ouvert leurs domaines aux skieurs. 
Le massif pyrénéen représente environ 10% des parts de marché du ski en France, un des plus importants au monde avec les Etats-Unis et l'Autriche. Il draine essentiellement une clientèle locale ou espagnole.

Dans l'attente de janvier

L'épaisseur de neige dans les Pyrénées pourrait diminuer de moitié et les températures maximales moyennes augmenter de 1,4 à 3,3 degrés d'ici à 2050, selon l'Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique (OPCC).
"Pour le moment, ce n'est pas possible d'ouvrir, confirme Hervé Pouneau, le directeur du syndicat mixte regroupant les trois stations de Haute-Garonne, Le Mourtis, Luchon-Superbagnères et Bourg-d'Oueil. On a remis en place des activités d'été. C'est sûr que c'est un manque à gagner. On ne rattrapera pas ce que l'on a perdu. Mais on compte sur un report de clientèle en janvier, et on attend beaucoup de février, qui représente pour nous 60% des recettes".

Reportage à Luchon de Thierry Sentous et Olivier Denoun

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus