• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Non, le joueur sud-africain du Stade Toulousain Maks van Dyck n'a pas obtenu son passeport français en 24 heures

Maks Van Dyck avec un passeport français, qui n'est pas le sien / © Romain Ntamack / Twitter
Maks Van Dyck avec un passeport français, qui n'est pas le sien / © Romain Ntamack / Twitter

Vainqueur du Top 14 samedi soir, le joueur sud-africain qui a demandé sa naturalisation à Emmanuel Macron avant le match, est apparu dimanche un passeport français à la main. C'était une blague. 

Par Fabrice Valery

Le Président de la République a eu beau lui dire que "la procédure est lancée", le pilier sud-africain du Stade Toulousain, champion de France, Maks van Dyck n'a pas pour autant obtenu son passeport français en moins de 24 heures.

Samedi soir, il avait surpris tout le monde et bousculé le protocole lors de la présentation des joueurs de la finale au Président de la République, en lui demandant sa naturalisation française. 

Je peux avoir la nationalité française s'il vous plait ? Car je suis très fier d'être en France (Maks van Dyck)

Dimanche, après le titre des Toulousains et une nuit un peu courte, le joueur est apparu en photo sur un tweet de son coéquipier Romain Ntamack avec cette légende : 

Il l'a eu, merci pour lui @emmanuelmacron

Ce tweet a suscité de nombreuses réactions. De félicitations pour l'Etat français qui aurait été rapide (pour une fois, précisent certains) mais aussi de légères protestations, des internautes rappelant les procédures longues de naturalisation ou s'en prenant directement au chef de l'Etat : 

Horrible cette monarchie présidentielle ! Depuis quand Macron décide qui est français et qui ne l'est pas et tous ces dossiers de naturalisations qui croupissent pour une erreur de virgule ! (Marius, sur Twitter)

A tel point que le joueur a été contraint de faire lui-même un tweet de précision, semblant regretter que des internautes aient pris la "blague" de son coéquipier au premier degré. 

C'est juste une blague, mais j'espère vraiment être Français bientôt


Parfois, même dans le sport, même dans l'euphorie de la victoire, la petite blague d'un rugbyman, sur un sujet sensible, prend des tournures politiques inattendues.

 

Sur le même sujet

Montpellier : polémique et manifestation autour du projet de zone d'activité à Saint-Clément-de-Rivière

Les + Lus