Destruction d'un barrage des Pyrénées : le scénario catastrophe à l'ukrainienne qui submergerait la 4e ville de France

Quelques jours après la destruction du barrage de Kakhovka, en Ukraine, difficile de ne pas imaginer ce qu’il se passerait si le barrage de Cap de Long (Hautes-Pyrénées) venait à céder. Une grande partie de la vallée de la Garonne et Toulouse seraient noyées.

Situé sur le territoire de la commune d'Aragnouet, le barrage hydraulique de Cap de Long a une longueur de 275 mètres et haut de 85 mètres. Une quantité d’eau significative - 63 000 milliers de m³ sur une surface de 160 hectares - si le barrage venait un jour à céder. D’ailleurs, que se passerait-il si cela arrivait ?

Une vague "rapide, importante, majeure, qui ira jusqu’à Toulouse"

Bien que le risque de rupture du barrage soit très faible, il peut cependant survenir à la suite d'une dégradation d'ouvrage ou d'un tremblement de terre. Si toute la vallée de la Garonne est concernée par ce risque, en raison des barrages se trouvant dans les Pyrénées, la rupture du barrage de Cap de Long - dans les Hautes-Pyrénées - conduit à la vague de submersion la plus haute. Une vague "rapide, importante, majeure, qui ira jusqu’à Toulouse", insiste Jean Mouniq, maire d’Aragnouet, avec un niveau d’eau qui pourrait atteindre six mètres de hauteur.

Sans évoquer des causes plus sinistres comme celles de l’Ukraine, le maire d’Aragnouet cite l’entretien du barrage comme potentielle cause de rupture. "Il y a des fissures qui peuvent se produire, ainsi que des infiltrations d’eau. C’est un grand combat du service public pour que l’entretien soit parfait. Parce qu’on voit bien le risque après, si le barrage craque", explique le maire.

Plan particulier d’intervention 

Mais tout est prévu en cas de risque. La préfecture des Hautes-Pyrénées et de la Haute-Garonne a mis en place un plan particulier d’intervention (PPI), qui "assure la sauvegarde des populations, des biens et la protection de l’environnement lorsque l’accident entraîne ou est susceptible d’entraîner des dangers débordant les limites de l’établissement". Jean Mouniq ajoute également que "dans tous les villages de la vallée d’Aure, il y a un plan de sauvegarde des communes qui prévoit les ruptures de barrage potentielles".

Interrogés, les habitants de la commune ne pensent pas à cette éventualité. 

Conduite à tenir

Qui dit plan particulier d'intervention, dit conduite à tenir bien précis en cas de rupture du barrage. Il est recommandé de se mettre à l'abri, en rejoignant le plus rapidement possible les points hauts les plus proches cités dans le PPI ou, à défaut, les étages supérieurs d'un immeuble élevé et solide. Il ne faut pas prendre l'ascenseur ni revenir sur ses pas et il est conseillé d'écouter la radio. 

Il est aussi important de connaître certaines règles en amont. Comme connaître le système spécifique d'alerte pour la "zone de proximité immédiate". Il s'agit d'une corne de brume émettant un signal intermittent pendant au moins 2 min, avec des émissions de 2 secondes séparées d'interruptions de 3 secondes. Et évidemment, il faut connaître les points hauts sur lesquels se réfugier (collines, étages élevés des immeubles résistants), les moyens et itinéraires d'évacuation.