Sept étudiants toulousains partent dans le désert de l'Utah simuler la vie sur Mars

Publié le Mis à jour le

Ils rêvent de voir l'Homme aller un jour sur la planète rouge. Sept jeunes Toulousains de l'ISAE-SupAéro vont effectuer une simulation de vie dans une "base martienne",  pendant trois semaines dans le désert de l'Utah (États-Unis), pour y mener diverses expériences.

C'est la quatrième fois qu'une équipe, composée de six étudiants et d'un ingénieur, tous de l'Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace (ISAE-SupAéro) de Toulouse, partent expérimenter la vie sur mars...dans un désert américain.

Du 17 février au 11 mars, ils vont vivre dans un habitat cylindrique de deux étages et 8 mètres de diamètre, installé dans un paysage aride, géologiquement proche de celui de Mars, en plein désert de l'Utah (Etats-Unis).

Baptisé Mars Desert Research Station (MDRS), la base abrite un centre d'études sur les technologies spatiales, géré par la Mars Society, une organisation internationale à but non lucratif.

Créée en 1998 par un ingénieur américain Robert Zubrin, celle-ci milite pour envoyer des hommes sur Mars. Elle sélectionne sur projet des équipes, venant de divers pays, qui se succèdent dans sa station MDRS.

L'objectif est notamment de tester des protocoles qui seront utilisés pour la conquête de la planète rouge.

Victoria et Louis, qui faisaient partie de la mission l’an dernier, seront au commandement.

A leurs côtés participeront Laurent, Jérémy, Benoit, Gabriel et Alexandre, étudiants en 2eme année.

Tous ambitionnent des carrières dans le spatial.

Durant leur mission, chaque « marsonaute » aura un rôle opérationnel à l’image des équipages professionnels : ingénieur de bord, astronome, biologiste - greenhab officer, responsable santé et sécurité, journaliste.

Au cours de cette mission, ils devront mener des expériences pour des laboratoires de recherche :

• La mesure de particules fines grâce à un instrument de nouvelle génération développé par le laboratoire de Physique et de Chimie de l’Environnement et de l’Espace du CNRS d’Orléans.

• L’étude des propriétés du champ électrique martien grâce à un instrument (MicroAres) déployé et adapté par le Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales (Sorbonne Universités).

• Le test de performance de panneaux solaires en environnement spécifique associé au développement d’un système de nettoyage performant de très fines poussières.

En parallèle, le laboratoire de recherche de l’ISAE-SUPAERO qui travaille sur la conception des systèmes spatiaux avancés leur a confié deux expériences relatives au comportement humain.

Voir le reportage de Denis Tanchereau et de Virginie Beaulieu :