Cet article date de plus de 7 ans

Services secrets : les leçons de l'affaire Merah dévoilées lundi par Manuel Valls

Manuel Valls dévoile lundi ses nouvelles mesures pour renforcer les services de renseignements intérieurs, critiqués pour des "failles" dans l'affaire Merah ou des affaires récentes. Le même jour, Mohamed Mounir Meskine, possible troisième homme de l'affaire, sera de nouveau entendu.

Manuel Valls le 10 mai 2013 à Paris
Manuel Valls le 10 mai 2013 à Paris © DR
Place Beauvau, lundi 17 juin, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a convoqué quelque 200 policiers et gendarmes issus des directions placées sous sa responsabilité. Le ministre va dévoiler ses propositions pour renforcer les services de renseignement qui avaient été "défaillants", selon ses propos, lors de l'affaire Merah. Parallèlement Mohamed Mounir Meskine, placé en détention provisoire dans le cadre de l'affaire Merah "sera à nouveau entendu le 17 juin prochain sur le fond de l'affaire" par le juge antiterroriste. Une confrontation entre Abdelkader Merah frère du tueur au scooter et Mohamed Mounir Meskine pourrait avoir lieu jeudi 20 juin, souligne le quotidien 20 Minutes, rapportant les propos de maître Alexandre Parra-Bruguière, avocat de Mohamed Mounir Meskine.

Deux grandes lignes pour Valls


La "menace terroriste est prégnante en France", rappelle à Manuel Valls notamment après la violente agression d'un militaire à La Défense. Deux rapports parlementaires ont été récemment rendus publics sur  le sujet, consécutifs à l'affaire Merah où le travail de la Direction centrale du Renseignement (DCRI) est vertement critiqué. L'équation est simple "sur le papier" pour le ministre, selon les sources : comment rendre plus efficace la DCRI, créée en 2008 sous la présidence Sarkozy avec le but à peine voilé d'en faire un FBI à la française, dans la lutte contre le terrorisme ? Comment articuler l'action du "renseignement de proximité" chargé notamment de surveiller les mouvements extrémistes montrés du doigt dans la mort début juin du jeune militant anti fasciste Clément Méric ?

Mohamed Mounir Meskine entendu par le juge antiterroriste


MM Meskine a été interpellé début mai au Nord du quartier des Izards de Toulouse, à Aucamville. Connu des policiers pour des vols ou trafic de stupéfiants, ils le soupçonnent d’avoir été présent le 6 mars 2012 à Toulouse, aux côtés des frères Merah et pensent au "troisième homme" dont Abdelkader Merah ne veut dévoiler le nom mais qu'il a évoqué en garde à vue, celui qui a participé au vol du scooter T-Max utilisé par la suite par Mohamed Merah pour commettre les crimes. Meskine avait passé son enfance aux Izards.

Le jeune homme de 25 ans a contesté sa présence lors du vol du scooter et condamné les meurtres du tueur. En revanche, "il a reconnu avoir vu les frères Merah en début d’après-midi, ce 6 mars 2012", selon son avocat. Abdelkader Merah est écroué et mis en cause pour "complicité d'assassinat en lien avec une entreprise terroriste"... Mohamed Mounir Meskine a été mis en examen à l’issue de sa garde à vue pour "vol en réunion en lien avec une entreprise terroriste" et "participation à une association de malfaiteurs terroristes". La proximité entre Meskine et les frères Merah est contestée par son avocat, qui préfère évoquer une "connaissance".

Les explications d'Amélie Poisson :

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire merah sécurité