Cet article date de plus de 5 ans

A Toulouse, Arnaud Montebourg, plus ministre mais toujours très politique

Évincés du pouvoir ou démissionnaires, les politiciens récitent toujours la même rengaine "Je quitte la politique." Mais bien souvent, c'est pour mieux revenir dans l'arène. Comme Arnaud Montebourg, en déplacement à Toulouse ce jeudi 8 octobre, qui enchaîne visite de start-up et conférence.
Arnaud Montebourg rencontre les entrepreneurs des start-ups toulousaines dans leurs bureaux At Home
Arnaud Montebourg rencontre les entrepreneurs des start-ups toulousaines dans leurs bureaux At Home © France 3 Midi-Pyrénées / Bruno Frediani
Arnaud Montebourg est évincé du gouvernement en août 2014 et de son ministère du Redressement productif. Il dit alors qu'il quittera la politique, mais il n'en est rien. Son déplacement à Toulouse le confirme : Arnaud Montebourg se comporte toujours en élu, même sans mandat. Ce jeudi 8 octobre, il visite les bureaux partagés de 5 start-ups toulousaines, At Home et donnera plus tard une conférence à la Toulouse Business School (TBS) sur le futur de la gauche. Car comme il l'avait annoncé après qu'il ait été congédié du gouvernement, "je vais retourner travailler parmi les Français, comme eux."

L'ex-ministre visite des start-ups à gogo et se voit toujours en apôtre du Made in France. Il a déjà visité UsineIO, une plateforme parisienne d'innovation et de fabrication de prototypes, puis 1083, une start-up basée à Romans dans la Drôme qui fabrique des jeans en France... Ce jeudi, il se rend aux bureaux partagés At Home de 5 entreprises toulousaines.








Il reste pro-actif : une inauguration par ci, un déplacement par là, Arnaud Montebourg est partout et par la même occasion, abreuvent les médias en informations et déclarations. Ainsi, Arnaud Montebourg, le 30 septembre, annonçait son entrée au capital de NewWind, une start-up qui conçoit des arbres à vent, un concept d'éolienne domestique. Par la même occasion, il devient président du conseil de surveillance de l'entreprise. 

Il défend une politique économique à contre-courant du gouvernement

"Cette loi Macron n'est assurément pas la mienne" déclarait-il dans une interview à LCI en septembre dernier. Mais aussi un message à destination du gouvernement à peine déguisé : "Tout le monde doit se réinventer. L'économie se réinvente" et critique "cette espèce de monde politique, d'où je viens, tombé dans le formol qui refuse l'innovation, qui ne veut pas évoluer". La pilule n'est toujours pas passé... Arnaud Montebourg compte toujours défendre une autre économie et une alternative à l'austérité. A la fête de la Rose le 23 août dernier, qu'il a l'habitude d'organiser dans ancien fief de Frangy-en-Bresse en Saône-et-Loire, il reçoit l'ancien ministre grec des finances Yanis Varoufakis comme invité d'honneur.






Quelques mois plus tôt, en mars, il rencontrait à Alger le premier ministre Sellal pour évoquer "l'alliance industrielle France Algerie." En décembre dernier, il participait au sommet de l'économie organisé par la magazine Challenges. Arnaud Montebourg donne de la voix et son avis perpétuellement, notamment via des conférences dans les écoles supérieures. En février, il se rendait à la prestigieuse université américaine Princeton. Après, c'est à Talence, au salon "Empreintes des marques", qu'il donnait une conférence pour l'école de commerce. Et par la même occasion, annoncer sa participation en tant que vice-président de Habitat.

C'est de nouveau dans une école de commerce qu'il se rend ce jeudi 8 octobre, à la Toulouse Business School. Car comme il l'affirmait au Monde à la Fête de la Rose 2015 : "Je suis retourné à la vie civile, mais ça ne m’empêche pas de m’exprimer."

En vidéo, la visite d'Arnaud Montebourg aux start-ups toulousaines (reportage de Bruno Frediani et Frédéric Desse) :
durée de la vidéo: 01 min 41
Arnaud Montebourg en déplacement à Toulouse

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique arnaud montebourg