Toulouse célèbre les 250 ans de la réhabilitation de Jean Calas

Publié le Mis à jour le
Écrit par LB avec AFP

Ce lundi, Toulouse rend hommage à Jean Calas, exécuté pour le meurtre de son fils en 1762, sur fond de conflit entre protestants et catholiques, puis réhabilité grâce à Voltaire, il y a tout juste 250 ans.

La ville rose rend célèbre ce lundi les 250 ans de la réhabilitation de Jean Calas. Ce commerçant toulousain fut accusé à tort du meurtre de son fils en 1762, sur fond de conflit entre protestants et catholiques puis réhabilité grâce à Voltaire.



Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc (UMP) a salué sa mémoire devant une centaine de personnes réunie place Saint-Georges où Jean Calas fut exécuté. "Il faut faire vivre le message de Voltaire" a-t-il dit avant de faire le parallèle avec les attentats de janvier en France : "nous étions réunis de façon massive après les attentats contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher pour réaffirmer le refus de tous les fanatismes", a-t-il rappelé. "Il y a autant d'obscurantisme et d'inhumanité au XXIe siècle qu'au XVIIIe siècle", a-t-il ajouté. Jean-Luc Moudenc a également annoncé qu'une école élémentaire de Toulouse serait bientôt baptisée du nom de Jean Calas.



Le cortège s'est ensuite ébranlé vers la maison de la famille Calas, au 50 rue des Filatiers où Jean-Luc Moudenc et Claude Dupuy, le président de l'association Jean Calas, "L'europe nous regarde", ont inauguré une plaque commémorative. "A la mémoire de toutes les victimes de l'intolérance et du fanatisme", y lit-on, suivi d'un extrait du Traité sur la tolérance de Voltaire, "Criez et que l'on crie".

L'ancien ministre de la Justice Robert Badinter est arrivé sur place dans l'après-midi pour donner une conférence au Palais de Justice de Toulouse. Très attendu par de nombreux Toulousains, il a évoqué "un crime judiciaire" et en rappelant les faits, s'est attaché à expliquer pourquoi cette affaire a traversé l'histoire.



Le reportage de Corinne Lebrave et Eric Coorevits :

durée de la vidéo: 02 min 14
Jean Calas, riche commerçant protestant de Toulouse, fut accusé à tort de la mort de son fils Marc-Antoine, qui aurait eu l'intention de se convertir au catholicisme. Au terme d'une enquête expéditive, les juges le condamnèrent au supplice de la roue. Informé des irrégularités du procès, Voltaire s'investit pour en obtenir la révision et publia en 1763 "Le traité sur la Tolérance", dans lequel il dénonça avec virulence l'obscurantisme et le fanatisme de l'époque. Le célèbre philosophe obtint en 1765 la révision du procès de Jean Calas, ainsi que la publication d'un arrêt réhabilitant sa mémoire.





Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité