Toulouse : cuisines centrales bloquées, des repas en boîtes servis dans les cantines scolaires

Les barrages qui bloquaient les accès aux cuisines centrales de la ville et de la Métropole de Toulouse ont été levés à la mi-journée. / © Juliette Meurin / FTV
Les barrages qui bloquaient les accès aux cuisines centrales de la ville et de la Métropole de Toulouse ont été levés à la mi-journée. / © Juliette Meurin / FTV

Action-surprise contre la réforme des retraites : des agents de la ville et de la métropole de Toulouse ont bloqué ce mercredi matin les accès des cuisines centrales. Aucun des 20 000 repas prévus n'a pu être livré mais les élèves de maternelle et de primaire ont pu manger des repas de secours.

Par Yann-Olivier d'Amontloir

A partir de 7 H du matin ce mercredi 8 janvier, les accès des cuisines centrales situées rue Talabot, dans le quartier Basso Cambo, ont été totalement bloqués.
Des agents membres de l'intersyndicale SUD-CGT-FO des personnels de la ville et de la Métropole de Toulouse ont dressé des barrages, et empêché toute sortie des camions de livraison : une action-surprise menée pour protester contre le projet de réforme des retraites.
En milieu de matinée le Directeur Général des Services (DGS) et celui des Ressources Humaines (DRH) ont rencontré les grévistes, sans qu'un résultat soit rendu public.

Aucun repas livré

Chaque jour ces cuisines préparent 35 000 repas pour les élèves des écoles maternelles et primaires de Toulouse, 20 000 seulement le mercredi. Ces cuisines alimentent également les restaurants seniors et le restaurant social de la ville de Toulouse.
De ce fait, aucune livraison n'a pu être effectuée ce mercredi matin dans les établissements scolaires.
Cependant les enfants ont tous pu déjeuner, grâce à une mesure de précaution instaurée dans toutes les écoles toulousaines.

Des repas en boîtes au menu

En effet - pour faire face aux risques de confinement - toutes les cantines ont des stocks de repas de secours, baptisés "malles PPMS".
C'est ainsi que chaque élève a pu déguster du chili végétal en boîte, de l'ananas également en boîte, et manger du pain frais, livré lui tout à fait normalement.

Des actions de solidarité

Tous les repas préparés au cours de la matinée nont pas été perdus pour autant : 350 ont été donnés aux restaurants du coeur, et beaucoup d'autres au restaurant social de la ville de Toulouse, en plus grand nombre qu'habituellement pour le dîner.
Ce jeudi 9 janvier - jour de grève générale dans tous les secteurs d'activité - les enfants des écoles se verront également servir des repas froids.
Des préavis de grèves ont été déposés pour chaque jour jusqu'au mois de février : d'autres actions-surprises ne sont pas à exclure dans les prochains jours.

Sur le même sujet

Les + Lus