Toulouse : les 150 ans de la prison Saint-Michel racontés en photos dans un ouvrage édité par le comité de quartier

Publié le
Écrit par Marie Martin
Le castelet de la prison Saint-Michel.
Le castelet de la prison Saint-Michel. © Nicolas Tucat/BEP/La Dépêche du Midi/MaxPPP

A Toulouse, le comité de quartier Saint-Michel publie et présente ce 18 octobre un ouvrage de photographies consacré à l'ancienne prison Saint-Michel. Fermée en 2003, elle a été inscrite aux monuments historiques huit ans plus tard.

C'est un ouvrage imposant, qui retrace les 150 années d'existence d'un lieu symbolique de Toulouse, la prison Saint-Michel, située dans le faubourg du même nom. 271 pages. Une dizaine de photographes des années 20 à aujourd'hui. Neuf auteurs contributeurs. Six ans de travail pour le comité de quartier Saint-Michel, qui le publie à compte d'auteur-distributeur, sous la houlette de son président Guillaume Drijard.

Une maison d'arrêt en étoile 

La prison Saint-Michel, aux allures de château médiéval et aisément reconnaissable par son castelet à l'entrée, a été conçue par l'architecte départemental Jacques-Jean Espié et construite de 1861 à 1869. Elle peut accueillir 400 détenus, dont des femmes qui sont incarcérées dans un quartier réservé. Vue du ciel, elle présente la particularité d'une architecture en étoile à cinq branches partant d'une rotonde centrale.

Elle devient quelques années plus tard un lieu morbide puisque la mairie de Toulouse décide, en 1923, de faire exécuter les condamnés à mort devant le castelet de la prison, et non plus au Port-Garaud où ces exécutions avaient lieu jusque-là. C'est en 1923 que les deux derniers condamnés à mort le seront publiquement à Toulouse.

La prison Saint-Michel pendant la seconde guerre mondiale

Mais l'histoire de la prison Saint-Michel va se poursuivre encore longtemps. Durant la seconde guerre mondiale, de nombreux résistants y sont incarcérés, torturés, certains condamnés à mort et exécutés ou déportés dans les camps de la mort. Parmi eux, Angèle Bettini, Henriette et Suzanne Guiral, Raymond Naves, qui mourra à Auschwitz, François Verdier, assassiné par la Gestapo, Alice Bessou-Kokine morte en déportation à Ravensbruck, Marcel Langer, guillotiné dans la cour de la prison toulousaine le 27 juillet 1943.
L'écrivain et homme politique André Malraux y fera un bref séjour, après avoir été arrêté par les Allemands pour ses activités de résistant dans le Lot.

Le 19 août 1944, la prison est libérée par les femmes des détenus qui en forcent les portes.

C'est dans les années 2000 que la fermeture de la prison Saint-Michel est décidée par le ministère de la Justice. Le 27 janvier 2003, les 528 derniers détenus quittent Toulouse pour la nouvelle maison d'arrêt de Seysses. 

Des origines à aujourd'hui, à travers la photographie

C'est donc toute cette histoire toulousaine que l'ouvrage, intitulé "La prison Saint-Michel à Toulouse - En images, des origines à nos jours", retrace. Avec des photographies de studio Henri Manuel, Jean Dieuzaide, André Cros, Thierry Bordas, Dominique Delpoux, Christian
Cros, Marc Le Flour, Magali Chapelan, Maurice Cuquel, Clément Poitrenaud.

Et les contributions de Odile Foucaud, historienne de l'art, Régis Granier, auteur d'ouvrages historiques, Élérika Leroy, spécialiste de la résistance dans la région toulousaine, Gérard Lapagesse, peintre et animateur d'ateliers avec des détenus, Christian Cros, photographe et responsable du service photo, ciné et vidéo de l’École nationale supérieure d'architecture de Toulouse, Magali Chapelan, photographe et cinéaste, Maurice Cuquel, photo-reporter, Florence At, photojournaliste.

"La prison Saint-Michel à Toulouse - En images des origines à nos jours" est disponible en vente directe à partir de ce lundi 18 octobre 2021, au local du comité de quartier, 95 grande rue Saint-Michel à Toulouse - dans la cour à gauche, le mercredi de 15 à 19 heures et le samedi au marché de producteurs Saint-Michel (devant le castelet de l'ex-prison Saint-Michel), de 9 à 13 heures.

Il sera ensuite mis en vente dans les librairies et boutiques à partir du mois de novembre. 

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.